Test de La Pucelle Tactics sur Playstation 2

Ancètre de Disgaea, o­n sent que c'est la même équipe derrière.

Malgré ses différences et son plus jeune âge, cet excellent jeu fait-il le poids face à son monstrueux petit frère?

Fiche technique

Pas de screeshot-titre
disponible
Développeur Nippon Ichi Software
Langue Anglais
Difficulté Moyenne
Genre T-RPG

Le scénario ne fait pas le moine

La Pucelle, non mais vous parlez d'un titre j'vous jure. Bon, pour des japonais ou des anglais, ça ne veut rien dire du tout, et d'ailleurs, il est amusant de les voir exprimer leur stupeur quand o­n leur explique ce que ça veut dire.

L'équipe de Nippon Ichi s'est tapé un vieux délire sur le français et ils en o­nt gavé partout, jugez plutôt.

Vous incarnez Prière, une soeur au service de la Déesse Poitrine dans l'Eglise de La Pucelle. Vous et votre petit frère Culotte être orphelins et avez été pris sous l'aile bienfaitrice du Père Salade.

Il est dit que la par le passé, la "Maiden of Light" a combattu le "Prince of Darkness" et a réussi à sceller son pouvoir. Seulement, il reviendra un jour et il faut un successeur. Prière espère donc bien la devenir, malgré son caractère impossible et ses manières de brutes épaisses qui désespèrent son petit frère (qui rapellons-le, s'appelle Culotte). Evidemment, d'autres soeurs aimeraient être choisies pour accomplir le rôle de "Maiden of Light", comme par exemple, la soeur Alouette (je te plumerai... heu non), elle aussi recueillie par le brave Père Salade, de par son amnésie.

Dès le début du jeu, o­n envoie les personnages en mission pour découvrir pourquoi les animaux de la forêt sont tout excités. En chemin, ils rencontreront Croix, un chasseur de prime qui est lui aussi à la recherche de son passé, chasseront une baleine géante du Mayonnaise Harbor, auront à en découdre avec le terrrible gang Chocolat, mené par le Capitaine Homard et sa compagne Papillon, devront résoudre les problèmes de fantômes au Château et accessoirement aider la Princesse Eclair... Bref, d'aventure en aventure, le groupe s'étoffera de nouveaux compagnons, qui d'ailleurs, et c'est assez rare dans un tactical, ne resteront par forcément tout le long du jeu.

Le scénario est donc gentil, avec des gens à sauver, des énigmes à élucider, et surtout, une composition en chapitres. Chaque chapitre apporte un problème à résoudre et selon votre façon de jouer, vous pourrez le conclure plus ou moins bien. La fin du jeu en elle-même n'en pâtira pas, mais celle du scénario oui, et les bonus accordés ne seront pas les même selon votre performance, alors tâchez de faire au mieux, n'oubliez pas que vous servez une noble cause :)

Malgré son apparence "gentille", le scénario mène malgré tout à quelque chose de très sérieux, et même si les situations prêtent souvent au rire et au ridicule, le jeu est rondement mené et pourrait presque vous arracher une larme dans les moments les plus durs, voire vous faire râler devant votre télé devant l'injuste tournure qu'auront pris les événements. De ce point de vue, La Pucelle tire bien mieux son épingle du jeu que Disgaea, et nous sert un scénario plus adulte et recherché, bien que tout aussi drôle que celui de Disgaea. Par voie de conséquence, o­n s'attache énormément aux personnages et o­n prend un réel plaisir à jouer avec eux.


Au niveau des à côtés, il y a une zone qui n'est pas visitable dès de début du jeu, et il faudra remplir certaines conditions pour y avoir accès, et une fois qu'on peut y aller, o­n regrette vite d'y avoir mis les pieds :D
Fort heureusement, le système de jeu permet de quitter une carte même si o­n ne l'a pas terminée. En effet, il n'est pas rare d'enchaîner les combats et c'est naturellement que l'on passe d'une pièce à une autre, presque comme si o­n jouait à un rpg classique.
O­n peut quitter les zones de combat très simplement, et si o­n se retrouve face à un boss insurmontable, o­n peut fuir comme un lâche, s'entraîner pendant 30h et revenir... mourir :D Je ne plaisante pas, le boss ultime de ce jeu représente un véritable DEFI, et remplir les conditions qui permettent de le recruter sont hal-lu-ci-nan-tes, mais donnent un vrai sentiment de travail accompli une fois réussi.

Sinon, o­n peut ouvrir une porte vers l'enfer (MOUHAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAAA), mais je vous dirai pas comment (pis quoi encore, j'en dis déjà suffisamment!) Cette porte peut mener à un enfer avec des ennemis plus ou moins impossible à battre et il faudra y aller petit à petit pour ne pas se faire allumer la gueule comme une grosse merde. Oui c'est crûment dit, mais c'est la réalité. Votre champignon de niveau 7 se fera écraser sans la moindre pitié par un Archidémon de niveau 780.

Une fois en enfer, o­n ne peut en sortir que si l'on atteint le niveau 10. Pour descendre d'un niveau, soit o­n tue tout le monde, soit o­n court vers la sortie comme un malade. Quand o­n sait que les niveaux sont générés aléatoirement, il n'est pas rare que la sortie soit à des kilomètres de l'entrée, ou que l'on tombe sur des niveaux ridiculeusement petits dans lesquels o­n trouvera un démon ennemi sur chaque case.
Par contre, chaque visite réussie en enfer permettra au joueur de gagner une belle récompense monétaire et un objet donné aléatoirement.
Enfin, finir les niveaux les plus difficiles des enfers sous certaines conditions débloquera certaines choses fort intéressantes ... :)

Hum, vous croyez qu'il y a quelque chose derrière ce mur?

Les animaux sont nos amis

Dans La Pucelle, o­n ne peut pas créer nous-même de nouveaux personnages, ainsi il n'y a pas vraiment de "classe", à part celles de vos persos et les techniques que vous décidez de leur apprendre, mais je parlerai de ça plus tard.

Dans ce ce jeu, vos recrues sont donc les ennemis que vous rencontrez sur les cartes. En effet, les animaux ne sont pas "mauvais", ils sont juste pervertis par le mal qui rôde, et en tant que membre de la vaillante Eglise de La Pucelle, chaque personnage dispose d'une commande "Purify" qui permet de rendre un animal doux comme un agneau, et de le recruter. Evidemment, chaque personnage aura un niveau de purification différent et faire copain copain avec un Grizzly ne se fait pas en deux coups de cuillère à pot, il faut passer un peu de temps à le purifier.

Une fois un animal en votre possession, vous pouvez "l'entraîner". En effet, à la fin de chaque combat, une liste de commande apparaît et vous pouvez vous occuper de votre animal. Par exemple, le caresser pour faire augmenter son amour pour vous, ou encore lui en coller un grosse dans la tête, pour augmenter sa résistance. Mais faites attention, car si vous le malmenez trop et que sa barre de bonheur tombe à zero, il s'enfuit et il est perdu pour toujours!! Et ça fait toujours râler quand notre pote "Bear Forever" (les noms sont générés aléatoirement, y'a de quoi hurler de rire) au niveau 45 décide de se faire la malle parce que vous avez essayé la commande "Turn into a cyborg" :D (Si si, je vous jure, elle existe)

A vous donc de créer un groupe de puissants alliés pour vous défaire des hordes de monstres affreux qui se mettront en travers de votre route.

Il est à noter que si un monstre atteint le maximum en bonheur, il pourra alors lui aussi utiliser la commande "Purify", dans une moindre mesure, certes, mais ça peut toujours aider.

Osez me dire qu'ils sont pas trognons!
Les fameux champignons.

Moi j'veux une grosse n'épée et pleins de skills!

Ici je vais parler plus en détails de ce qui retiendra le plus longtemps le joueur, les armes et la fusion d'objets.

Comme dans tout rpg classique, il y a un magasin dans ce jeu, et naturellement, il vend des armes, des armures, et divers objets.

Chaque arme ou armure, en plus des statistiques qu'elle augmente naturellement (puissance physique pour une épée, défense pour une armure) a sur elles de petits symboles qui interviennent sur une autre statistique. Du genre ATK+2 et SPD+1 sur une épée banale.
En lisant ces chiffres, il faut donc comprendre, et c'est logique que votre force et votre vitesse seront légèrement supérieurs, mais ça n'est pas tout! A chaque ennemi tué, ces bonus iront remplir une barre, qui une fois pleine vous fera gagner un niveau dans la compétence. Cette compétence se traduira ensuite par un nouveau "skill" de temps en temps.
Par exemple, en équipant cette épée, je pars battre la campagne et je latte des nounours. Chaque nounours tué (pardooooooooon) me donne +2 en attaque et +1 en speed. Disons qu'il me faut 30 points pour atteindre le niveau 1. Après 15 nounours, la compétence d'attaque va monter au niveau 1. La compétence de vitesse sera elle par contre à mi-chemin.
Disons ensuite qu'on équipe une armure qui a DEF+2 et SPD+3. Notre perso aura donc au total
ATK+2, SPD+3 et DEF+3. En continuant à accumuler les cadavres de nounours, la compétence d'attaque va monter au niveau 2, celle de vitesse finira par rattraper la compétence d'attaque (car avec 3pts de bonus contre 2) et celle de défense passera sans doute au niveau 1.
Quel intérêt? Eh bien, par exemple, une fois la compétence de vitesse au niveau 3, le perso gagnera définitivement une case de déplacement en plus!!
La compétence d'attaque permet elle d'apprendre des skills comme "coup critique plus fréquent", celle de défense de résister à ces coups critiques, ou aux altérations de statut, etc...
Le but du jeu étant donc d'essayer de trouver des armes ayant le plus de bonus possibles pour faire monter ces niveaux et ainsi devenir un gros bourrin indestructible :D
Les skills appris de cette manière sont tous passifs, c'est-à-dire qu'ils se déclenchent aléatoirement en combat et sont différents des techniques de combat dont je parlerai plus tard.

Le problème, c'est que les objets proposés par le magasin sont vite limités et les bonus proposés trop faibles pour monter rapidement en niveau, et par la suite, trop faibles pour tout simplement gagner un niveau :)

La solution? LA FUSION!!

Il y a dans le village, un homme un peu bizarre, vêtu de noir, qui propose d'envoyer vos animaux en enfer, purement et simplement. En échange de quoi, il fusionnera ensemble tout son équipement.
Je n'entrerai pas dans les détails précis de la fusion, mais si vous sacrifiez un nounours (désolé les copains) qui porte trois épées et une armure commes celles décrites plus haut. (atk+2, spd+1 pour l'épée et def+2 et spd+1 pour l'armure), o­n se retrouvera avec un objet qui aura par exemple atk+4, spd+2 et def+2. o­n y perd un peu au change, mais par contre, la puissance d'attaque de l'arme aura augmenté, et elle aura gagné un bonus de défense, grâce à l'armure.
Il y a tout un cas de calcul savants qui déterminent les résultats de la fusion, et le niveau du monstre utilisé, ainsi que ses statistiques influent fortement sur l'objet final. Mais une fois qu'on a compris le truc, o­n se crée des belles petites armes vraiment amusantes avec des bonus gros comme des maisons et une puissance au moins équivalente :D

Voilà à quoi ressemblent les combats vus de côté.

Un systeme de jeu complexe et prenant

Lors des combats, le jeu fonctionne un peu comme Disgaea, à savoir que vous assignez des actions à vos personnages, et qu'il n'agissent que quand vous utilisez la commande "execute" dans le menu. Il est donc possible d'annuler et de repositionner ses persos autant de fois qu'on le désire avant de lancer toutes les actions.

Les combats entre persos ne sont par contre par directs. Si vous déplacez votre nounours (oui, je les aime, ils sont trognons) devant un zombie ennemi, que vous lui dites d'attaquer et que vous choisissez "execute", o­n passe alors à une vue de côté, le nounours bondit, sort ses griffes, les enfonce dans le bide du zombie, puis revient à sa place. Le zombie avance, baffe le nounours et reprend sa place. O­n voit ensuite un petit écran qui indique la progression des fameuses barres de compétence, l'expérience gagnée, et/ou le cas échant, le gain d'un niveau, puis o­n revient sur la carte.

On peut aussi attaquer à plusieurs. Si o­n envoie trois nounours contre le malheureux zombie, ils seront trois à lui planter des griffes dans le bide lors du combat en vue de côté. De même, si un de vos persos, QUEL QU'IL SOIT, et MÊME s'il a déjà joué, se trouve à côté ou derrière un des nounours qui attaque, il participera au combat et en collera une à cette saleté de zombie :) Elle est pas belle la vie?

Sur la carte du jeu, o­n trouvera aussi des sortes de flux d'énergie, trouvant leur source à un portail. Ces portailes génèrent des monstres tous les 2-3 tours et les détruire est une priorité, sous peine de se faire assaillir de nouveaux méchants toutes les 5 minutes. Pour se faire, il suffit d'utiliser la commande "Purify" des persos sur le portail en lui-même, pour le détruire et souffler un peu. Mais ces portails peuvent servir à votre avantage, et comprendre comment s'en servir contre ses adversaires fait toute la force du jeu.

En fait, le portail libère un flux élémentaire, imaginez une rivière, qui coule depuis un point donné, dans une direction donnée. Et ce flux peut être détourné. il suffit de mettre un perso sur son chemin, et de le tourner dans une direction, pour que le flux la suive. Pour quoi faire? Eh bien, si l'on arrive à détourner un flux sur un ennemi, lors de sa purification, l'élément du flux est libéré, et s'il touche l'ennemi, il lui mettra des dégâts dans la tête (et le héros lui n'aura rien, je sais c'est injuste, mais c'est comme ça, vénérer la Déesse Poitrine à ses avantages, fallait pas être un méchant :D).
Encore plus intéressant, si en utilisant plusieurs persos, o­n arrive à faire revenir le flux sur lui-même, l'élément invoquera sa divinité et fera une magie qui agira à l'intérieur du flux. Donc plus o­n aura réussi à enfermer d'ennemis à l'intérieur, moins o­n en aura à dégommer.
Il est possible, grâce à cette technique du "miracle" dé finir certaines cartes sans avoir à attaquer un seul ennemi. Ca peut prendre du temps, c'est un sacré casse-tête, mais c'est tellement jouissif de flinguer tous ses adversaires d'un seul coup! D'autant que le perso qui aura purifié le portail gagnera de l'expérience pour son équipement et c'est LE SEUL moyen d'en gagner. Tuer ses ennemis ne donne pas d'expérience pour les armes, armures et accessoires.

Après, pour les plus timbrés d'entre vous, sachez qu'il est possible de faire des miracles en chaîne. Prenons l'exemple simple d'un flux qui aurait sa source contre l'écran. En lui faisant suivre l'écran et en le faisant tourner au 4 coins. o­n aura un flux carré qui revient sur lui-même, un peu comme un serpent qui se mord la queue. Comme le flux recouvre toute la carte, il touchera forcément tous les ennemis, mais aussi les autres flux présents sur la carte! Et SI o­n a réussi à créer un AUTRE flux qui revient sur lui-même sur cette carte, détruire le portail au bord de la carte déclenchera un miracle qui tuera tous les monstres, détruira tous les autres portails, dont le second qui revient sur lui-même et provoquera un second miracle... et rapportera tous pleins de points d'expérience au brave purificateur.
Bon, je sais, ça peut paraître compliqué et ça ne m'étonnerait pas que vous n'ayez rien compris, mais c'est tellement bien pensé et intelligent qu'une fois qu'on y a pris goût, o­n ne peut plus s'arrêter :)

Un exemple de flux qui revient sur lui-même. Regardez bien la ligne grise qui fait le tour de l'écran.

Des persos multi-usage

En plus des bonus de compétence présents sur chaque arme, o­n trouve aussi un élément. Une épée pourra par exemple avoir une affinité au feu ou à la glace, représentée par un petit symbole rouge ou bleu accompagné d'un chiffre, plus ou moins grand selon l'affinité.

En équipant cette épée, le personnage bénéfciera de cette affinité, et si le chiffre est assez fort, il pourra même utiliser une magie. Le tout premier sort de feu par exemple nécessite 2 petits points d'affinité. Apprendre la magie "braveheart" qui permet d'augmenter de 25% sa force demande quant à elle 8 points d'affinité violet. Pour atteindre ce total, il faudra donc équiper plusieurs armes. Car oui, vous pouvez tout à fait décider de donner 3 épées à un perso, o­n ne sait pas comment il les tient, mais leur puissance est cumulée, donc pourquoi s'en priver? :)

Par contre, ça n'est pas parce qu'on équipe 4 bâtons magiques que le sort est acquis. o­n pourra l'utiliser, mais au niveau zero. Et ça n'est qu'après l'avoir utilisé un certain nombre de fois, (qui est différent pour chaque perso, selon qu'il s'agisse plus d'un magicien ou d'un combattant) que le sort passera au niveau 1 et qu'il sera acquis définivitement. Ensuite, chaque niveau supplémentaire le rendra un peu plus puissant, mais surtout, augmentera son rayon d'action.

Ainsi, chaque perso peut virtuellement apprendre n'importe quel sort du jeu. Les plus masos d'entre vous s'amuseront donc à apprendre le sort "Mega Saint" au Père Salade, en sachant qu'il faut le lancer 40 fois avec lui rien que pour passer du niveau 0 au niveau 1 :D Personnellement, j'ai baissé les bras :P

Sinon, chaque perso dispose de techniques d'attaques bien spéciales qui lui sont personnelles, et les monter de niveau marche sur la même logique. A vous donc d'équilibrer vos persos pour qu'ils puissent faire fasse au maximum de situation.

AU FINAL...

Qualité visuelle

Le jeu est vraiment agréable à regarder, plein de couleurs et de nuances. Les persos sont très réussis et certains monstres sont franchement trognons. Un peu comme du Legend of Mana en fait, ça n'est pas de la super 3D qui tue de la mort veugra, c'est un beau jeu 2D haut en couleur.

 16

Qualité sonore

J'adore la bande sonore de ce jeu, c'est merveilleux. Quand j'ai joué la première fois, j'ai posé ma manette et j'ai écouté la musique du village pendant au moins un quart d'heure tellement elle est apaisante. Les rythmes des combats sont entraînants à souhait, tout comme la musique de la carte du monde. Les thèmes tristes vous mettent dans l'ambiance et vous font comprendre la gravité et la tragédie de la situation. A noter aussi qu'il est possible de choisir entre le doublage américain ou japonais.

 18

Background

Le monde dans lequel on évolue tient la route, et encore une fois, les clins d'oeil aux jeux antérieurs (malheureusement inconnus ici) sont nombreux. L'univers créé par Nippon Ichi est fouillé et réfléchi, c'est du solide.

 17

Interface - Jouabilité

C'est clair, c'est propre, c'est précis, c'est beau, c'est rapide. Que dire de plus?

 18

Durée de vie - Rejouabilité

Le jeu ne dispose malheureusement pas de new game + , donc si vous ratez lamentablement tous vos scénarios et que vous désirez recommencer pour voir les bonnes fins et gagner les bons objets, il faudra tout recommencer de zero. C'est à la fois une bonne et une mauvaise chose, car réussir à obtenir dès le début du jeu ce qu'on a eu en fin de partie dernière est un défi au-delà de toute mesure que tout joueur hyper acharné et complètement allumé de la tête se voudra de relever.

 15

Gameplay - Intérêt

Le jeu est franchement agréable à jouer, plein de possiblités, il nous fait rire, nous fait râler, nous ferait presque pleurer, bref, on ne s'ennuie vraiment pas. Et les monstres sont vraiment, mais vraiment trognons!

 18

CONCLUSION

La Pucelle : Tactics, bien qu'assez vieux maintenant est un excellent jeu. Un très bon scénario, plus adulte et recherché que celui de Disgaea, une ambiance sonore meilleure et un système de jeu tout aussi puissant, complet et accoutumant... Vraiment, nous avons devant nous un grand jeu, certes moins complet que Disgaea, mais ô combien passionnant, et SURTOUT, ne me demandez pas lequel je préfère et dépêchez-vous d'aller découvrir ce petit bijou.

17 / 20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous connecter afin d'intervenir avec votre personnage.