Attention ! Votre navigateur (Internet Explorer) présente de sérieuses lacunes en terme de sécurité et de performances, dues à son obsolescence.
En conséquence, ce site n'est plus consultable sur Internet Explorer, nous vous invitons à utiliser un navigateur récent (Firefox, Chrome, Safari, Edge, ...)

Test de Lost Sphear sur Playstation 4

Moins de 2 ans après "I am Setsuna", Tokyo RPG Factory nous gratifie de leur deuxième jeu. Le studio créé par Square Enix réussira-t-il à nous convaincre ?

Fiche du RPG

Screenshot-titre du test de Lost Sphear
Développeur Tokyo RPG Factory
Langue Français
Difficulté Moyenne
Genre RPG

Une histoire de disparition

Notre aventure débute dans un petit village. Notre héros Kanata, vit heureux avec ces amis orphelins Lemina, jeune fille un peu bourrin, et Locke, enfant joyeux mais téméraire.

Leur quiétude est brutalement interrompue par un étrange phénomène : des pans entiers du monde disparaissent, y compris les habitants ! Heureusement Kanata semble avoir le don unique de restaurer ces éléments disparus grâce aux souvenirs qu'il récolte ci et là. Don qui aura tôt fait d'attiser les convoitises et la méfiance.

Mais comment de telle disparitions peuvent-elles se produire ? Quelle force est derrière ce fléau ?

Le scénario et l'univers s'inscrivent dans la lignée des JRPG classiques mélangeant heroic fantasy, technologie, magies et ésotérisme.

L'ambiance, elle, est plutôt à la mélancolie.

C'est beau ! Profitez-en c'est rare dans le jeu.
Et la c'est moche, non ?

Au combat !

Le système de combat se rapproche peu ou prou de celui d'"I am Setsuna", ceux qui ont joué à celui-ci ne seront pas dépaysés. Tout d'abord vous pouvez choisir dans les options si vous souhaitez que le temps passe constamment ou qu'il s'arrête lorsque vous êtes dans les menus de compétences ou d'objets, une bonne chose même si malheureusement il n'y a pas d'options tour par tour.

De l'ATB donc (active time battle), cher au Squaresoft de l'époque glorieuse du JRPG 16 et 32 bits.

Lors des affrontements vous pourrez déplacer vos personnages, en effet certains d'entre eux utilisent des armes à distance et peuvent toucher plusieurs ennemis simultanément. C'est aussi le cas des personnages qui se battent au corps-à-corps mais dans une moindre mesure selon l'arme ou la compétence utilisée.

Car oui, bien entendu chaque allié possède des compétences qui lui sont propres, magiques ou physiques. Chacune de ces compétences, passives ou actives peut être associées à des effets. Par exemple, Kanata a la compétence "cyclone" : un coup d'épée circulaire qui peut toucher plusieurs monstres; Vous pouvez l'associer à un bonus de poison, électrique ou même de vie. 

Mais pour enclencher ces effets ( en pressant le bouton "carré" lors de l'attaque) il vous faudra des points que vous pouvez cumuler jusqu'à trois. Certaines compétences passives demandant 2 ou 3 points pour s'enclencher, il faudra faire la balance entre utiliser ces point ou les garder pour se booster grace aux compétences passives.

Assez tôt dans le jeu vous aurez accès à des sortes de méchas qui améliorent vos statistiques et donnent accès à d'autres pouvoirs.

À noter que sur la carte du monde lorsque vous faites réapparaitre des choses, vous pouvez construire des artéfacts qui, là aussi, vous octroient des passifs comme "votre jauge ATB se remplit plus rapidement" et autres joyeusetés.

Bref vous l'aurez compris un système de combat riche qui constitue l'un des points forts du soft.

Des mechas et un point de souvegarde, 2 en 1  sur cette image, comme les lessives.
Un combat contre des petites merdes, un combat du début quoi.

"élève discipliné mais peu doué"

J'aurais voulu que les divers avis sur le jeu ce soit trompés ou soient top dur, et qu'en réalité le soft égale les classiques du genre mais malheureusement, de mon point de vue, ce n'est pas le cas.

Les personnages manquent de charisme, le scénario ne vous retournera pas la tête, ni ne vous émouvra aux larmes ( sauf si vous êtes une personne très sensible... Je plaisante), la musique fait le job mais semble un peu trop se répéter, malgré apparemment 48 pistes, le level design des donjons ne sort pas de l'ordinaire.

Rien en réalité n'est exceptionnel dans ce Lost Sphear et au risque de choquer, je lui préfère le plus court mais plus couillu I am Setsuna avec ses musiques presque exclusivement au piano et ses décors presque entièrement enneigés.

On notera aussi une traduction de certaines compétences incomplètes et une difficulté pas toujours maîtrisée, dommage.

Pas de voix en dialogue ni de mise en scène, tu t'es cru dans triple A ?
Vous avez demandé le menu ?

AU FINAL...

Qualité visuelle

Les rares jolis panoramas ne peuvent faire oublier une 3D un peu pauvre et le monster design générique repris du précédent jeu des développeurs. Les boss, eux n'ont plus, ne sortiront pas de l'ordinaire.

Dommage aussi que lors des nombreux dialogues il n'y ait pas d'utilisation de vignettes avec leurs expressions faciales qui auraient non seulement dynamisé les personnages, mais aussi les auraient rendu plus vivants.

 13

Qualité sonore

Quelques belles mélodies, souvent mélancoliques, qui ne resteront malheureusement pas dans les mémoires. Des voix en combat (au choix en anglais ou en japonais) mais pas dans les dialogues, ce qui rend ces derniers peu dynamiques. 

Bruitages corrects.

 14

Background

On est rarement surpris par le scénario, malgré un début (un peu) intrigant. L'absence de mise en scène dans les phases de dialogue ( on voit nos personnages de loin) n'aide pas.

 12

Interface - Jouabilité

Presque impeccable même si le loot abondant rend le tout quelquefois laborieux.

 15

Durée de vie - Rejouabilité

Une trentaine d'heures si vous allez en ligne droite, plus de quarante si comme moi vous prenez votre temps et faites les quêtes annexes.

 13

Gameplay - Intérêt

Trois niveaux de difficulté sont disponibles (j'ai fait le jeu en normal), généralement le jeu est facile mais 2 ou 3 Boss peuvent poser problème, avec des altérations d'états bien vicieuses ( "Confusion pour tout le monde, c'est ma tournée !" ) et des ennemies vers la fin du jeu qui vous renvoient vos dégâts, relou.

 13

CONCLUSION

Pas mauvais mais trop sage pour totalement convaincre, Lost Sphear ne fait pas entrer Tokyo RPG Factory dans la cour des grands. Reste néanmoins un petit JRPG dont les mécaniques de jeu marchent mais qui manque cruellement  de personnalité.

13 / 20


herbert

Commentaires

prout,
Répondre

Je l'ai chopé à pas cher y'a moins d'un an mais tu m'as convaincu que de quand même pas le faire. Merci pour ton test !

Nigel,
Répondre

Ah beh flûte, ça m'a donné envie, dans mon cas ! xD
Merci herbert Pour ce super test !

- Message édité par Nigel le 15/09/2022 à 11:50 -
prout,
Répondre

C'est juste que les défauts mis en avant me font comprendre que c'est pas un jeu pour moi

Nigel,
Répondre

C'est exactement ce à quoi un test est utile !

Nigel,
Répondre

Bon j'ai test... Et je confirme l'avis de Herbert à 100%. :p

Elphix,
Répondre

Et bien ! On ne pourras au moins pas reprocher une positivité trop biaisée, ah ah !

Mais c'est vrai que c'est très dommage que les persos soient un peu plat, sachant que cela peut sauver bien des jeux de qualités graphiques similaires

En tout cas, merci pour la tâche accomplie !

Laisser un commentaire

Informations !

Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous connecter afin d'intervenir avec votre personnage.

Pour toute question, merci de vérifier au préalable si notre FAQ y répond.