Test de Lufia sur Super Nes

Lufia the fortress of doom(aka estopolis) , petit RPG peu connu de Taito a vu le jour en 1993. Qu'en est-il exactement? C'est ce que nous vous proposons de découvrir dans le test suivant.

Fiche technique

Screenshot-titre du test de Lufia
Développeur Neverland
Langue Anglais
Difficulté Facile
Genre RPG

Une histoire interressante

Sans un avertissement une île volante apparut dans le ciel, 4 êtres démoniaques l'accompagnaient. Ils possédaient les terrifiants pouvoirs du chaos, de la destruction, de la terreur et de la mort. Le peuple effrayé les appela Sinistrals. Un âge de terreur s'abattit dès lors sur le monde. Devant leurs méfaits, les royaumes rassemblèrent leurs meilleurs guerriers, mais les 4 êtres étaient tout puissants.
En désespoir de cause, le peuple fît appel à ses plus braves guerriers: Maxim, Selan, Artea et Guy.
C'est alors que vous prenez contrôle de ce groupe de personnages et que vous vous apercevez qu'ils sont au niveau 78-80!!! :O
Rassurez vous, ce n'est pas un bug, mais une phase qui permet au joueur de vivre le combat final contre les êtres chaotiques qui contrôlent le monde par la force.
90 ans o­nt passé, et la paix règne. Vous prenez alors le contrôle de Jeros, jeune garçon orphelin dont la chevelure rouge n'est pas sans rappeler Maxim, le héro de la légende. C'est à cette époque que vous rencontrez Lufia, jeune fillette dont le passé reste pour l'instant un mystère.
10 autres années plus tard, Jeros est devenu Chevalier d'Alekia, et des rumeurs de monstres attaquant les gens commencent à se répandre partout. Dès lors, la véritable histoire commence...

Première rencontre avec Lufia...
Qu'ils sont mignons ...

Des graphismes mignons mais un peu dépassés

La qualité graphique n'est vraiment pas le point fort de ce premier lufia.
Des couleurs flashy, et des tiles dignes de RMK... Final Fantasy était meilleur en ce domaine.
Une des choses que l'on peut remarquer aussi est la répétitions des décors.
En effet, ceux-ci ne sont pas spécialement variés, et certains éléments tel que le bords des continents sont un peu trop linéaires...
Un autre défaut majeur des graphismes de lufia est le fait que les personnages ne se distinguent pas bien les uns des autres.
En effet, prenez un/une elfe blond/e et prenez jerin, l'un de vos personnages, et vous ne voyez pas de grande différence.
De même, prenez les Sinistrals et vos personnages: Ils font la même taille ! Chose ô combien choquante quand on pense que ce sont les gros méchants du jeu.
Bref, les graphismes en détourneront plus d'un.

Moi g un sous-marin, nananèreuh !
La forteresse des sinistrals...brrr...

Un système de combat classique

Le style de combat de Lufia est archi-classique. En effet, les ennemis apparaissent de face, et, à la différence d'un Dragon Knight (Dragon Warrior), vous voyez vos personnages.
Le système de combat en icone est très facile à prendre en main, comme celui de Shining Force, mais les animations des magies o­nt considérablement vieilli...

De plus, il est quasiment impossible de faire plus de 3 pas sans tomber sur un combat, ce qui est frustrant à la longue, surtout quand on sait qu'on peut exterminer les ennemis en 1 tour.
Un autre défaut du jeu est le manque de magies offensives.
En effet, vous en posséderez peu tout au long du jeu, et mis à part la magie de guérison, seules les dernières vous serviront, etant donné la relative faiblesse des premiers sorts.
En définitif, des combats qui rebuteront plus d'un joueur.

Pauvres zozios...
Jerin viens d'utiliser la magie Glacier...

Des musiques sympatiques

Si le scénar constitue l'un des points forts de Lufia, l'autre est... la musique !!!
Et oui, les musiques de Lufia sont entrainantes à souhait (mais il ne faut pas en abuser bien sûr), et celles-ci collent parfaitement à l'ambiance kawai du jeu.
Toutefois, o­n voit queles musiques en question sont un peu inspirées de Final Fantasy, de dragon knight et surtout: de Y's...
En tout cas, la bande son rattrape quelque peu le nombre de combats au mètre carré trop important et la faiblesse des graphismes.

Un menu à la FF
La Dual Blade...l'épée du jugement...

AU FINAL...

Qualité visuelle

Des graphismes mignons mais dépassés même pour l'époque. On voit bien que ce jeu date des débuts de la super nes, mais bon...Taito n'est pas Namco ni Tri-ace...

 11

Qualité sonore

Les musiques de Lufia, à dominante rock sont assez rythmées et entrainantes, ce qui n'était pas le cas de tous les rpgs de l'époque, bref un point fort du jeu...

 16

Background

Un scénario innovant (pour l'époque bien sûr), des personnages attachants, et une histoire d'amour qui plaira aux romantiques.

 17

Interface - Jouabilité

Très facile à prendre en main, même pour les débutants. Et les combats ne sont pas aussi lourds que certains autres Rpgs. Le menu iconique rappellera celui de shining force.

 15

Durée de vie - Rejouabilité

Un peu court ma foi et on n'aura envie de le faire qu'une seule fois pour suivre l'histoire...toutefois Taito se rattrape largement avec le second volet.

 10

Gameplay - Intérêt

Les principaux points faibles du jeu restent le trop grand nombre de combats et le niveau graphique un peu bas. Mais une fois pris dans les aventures de Jeros et Lufia on est sûr de ne pas décrocher.

 14

CONCLUSION

Un jeu à tester si le nombre de combats au mètre carré un peu élevé et les graphismes primaires ne rebutent pas trop, ne serait-ce que pour l'histoire.

14 / 20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous connecter afin d'intervenir avec votre personnage.