Test de Thousand Arms sur Playstation

Comment ne pas évoquer ce joyaux d'Atlus, peu connu de tous mais qui demeure pour tous ceux qui y ont joué un des RPGs les plus hilarants qui soient ?

Fiche technique

Screenshot-titre du test de Thousand Arms
Développeur Red company
Langue Anglais
Difficulté Moyenne
Genre RPG

Un scénario...original?

Vous commencez l'histoire dans la peau de Meis Triumph, descendant d'une lignée de forgerons célèbres et qui va finir par devenir le sauveur du monde.
Si le scénario semble classique, il se révèle génial par ses nombreux rebondissements et son humour délirant.
En effet, il y a peu de RPGs avec autant de mots grossiers, de jeux de mots foireux.

Meis Triumph dans toute sa splendeur
Moi je vous dis...ça va chauffer...

Des filles...?

Ce qui a fait la force de Thousand arms était le fait que vous incarniez un véritable obsédé.
En effet, une grande partie du du jeu était fondé sur votre rencontre avec les personnages féminins de votre équipe (ainsi que d'autres). Vous pouviez fixer des rendez-vous (dating-sim) et donc les draguer à votre convenance.
Ainsi, en fonction de vos réponses, vous pouviez les faire tomber amoureuses de vous ou au contraire vous faire hair.
Cela était en fonction de leur humeur et d'un "taux d'affection/amour" qui évoluait l'un aléatoirement, et l'autre, selon votre comportement lors du rendez-vous.
Si ce point semble anodin, il n'en est rien car il permet entre autre de débloquer des sorts de plus en plus puissant ainsi que des coups spéciaux dévastateurs.

Aah... Sodina...
Wyna...de temps en temps, son oeillère change de coté...

Un système de combat...étrange

Le système de combat de thousand arms est des plus étranges qu'il soit donné de voir.
En effet, si il est agréable de voir un personnage en dessin animé se battre, c'est assez frustrant de devoir faire du 1 contre 1.
Je m'explique...vous pouviez avoir 7 personnages (Meis, Sodina, Muza, Wyna, Soushi, Kyleen et Nelsha), mais le combat se faisait en un contre un, les autres personnages étant là pour "supporter " le combattant de front.
Toutefois, il était possible de "switcher" ses personanges et donc de finir un combat rapidement (par exemple enchainer une invocation de Meis et un Twister Blade de Muza).
Bref, un système de combat qui représente la principale faiblesse du jeu.

Meis pris à revers...dommage pour les vilains...
Non, ce n'est pas star wars...

Des voix digit' sympathiques

Un autre point fort de Thousand arms repose dans les voix digitales qui accompagnent les personnages. Pour une fois, les ricains n'ont pas raté leur coup, et le résultat est...hilarant.
Voir les personnages crier leurs techniques spéciales fait un peu penser aux chevalier du zodiaque, et peut aussi bien plaire que déplaire...

"Acquoon!!!" crie Meis lorsqu'il lance cette invocation.
Un screenshot du jeu dans la phase de "déplacement" de votre personnage.

AU FINAL...

Qualité visuelle

Ce que l'on appréciera le plus, ce sont les jolis artworks qui représentent les personnages et la façon dont les personnages sont animés durant les combats ainsi que les (hélas rares) scènes animées. Le reste est...ordinaire...

 16

Qualité sonore

Aucune musique pariculièrement marquante car elles se fondent assez bien dans le décors, mais le thème chanté par Ayumi Hamasaki et les voix digit qui sont assez marrantes (surtout chez la version ricaine) compensent largement.

 15

Background

L'histoire est assez originale, même si elle reprend la lutte du bien contre le mal et blablabla... toutefois le caractère des personnages et l'omniprésence de l'humour mettent une ambiance qui rend le jeu assez agréable

 17

Interface - Jouabilité

L'interface est des plus simplistes à prendre en main, et tout est expliqué dans le jeu. A moins de ne pas comprendre la langue, il est impossible de trouver la prise en main difficile. Bref aucune difficulté de ce côté là.

 17

Durée de vie - Rejouabilité

Malgré une assez bonne durée de vie, Thousand arms n'est pas parmis les jeux que l'on se retaperait une 20e fois car la majeure partie de son interêt résidait dans l'humour qui devient lourd au bout de la 2e fois.

 14

Gameplay - Intérêt

Jeu au premier abord assez classique, thousand arms est assez attachant une fois qu'on a commencé. En effet, les nombreuses mini quêtes, la possibilité de flirter avec les filles et l'humour présent en font un RPG très original.

 17

CONCLUSION

Un jeu qui séduira aussi bien les fans d'anime et d'Ayu que ceux qui recherchent de l'humour.

16 / 20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous connecter afin d'intervenir avec votre personnage.