Test de Final Fantasy 8 sur Playstation

Sorti en 1999 et développé par Squaresoft, FF8 est un RPG dans la lignée des autres, tranchant cependant par un univers futuriste et un scénario axé autour de l'histoire d'amour entre les deux protagonistes.

Fiche technique

Pas de screeshot-titre
disponible
Développeur -
Langue Français
Difficulté Facile
Genre RPG

Une histoire d'amoûûûûûûr...

La scène d'introduction vous montre un duel entre deux des personnages principaux. Suite à ce combat, le héros : Squall, est bléssé et amené à l'infirmerie.

Vous vous réveillez donc, votre prof (car vous êtes élève dans une académie militaire) vient vous voir et vous demande d'aller en cours.

Après le cours, vous devez allez chercher une G-force (nous y reviendrons) ce qui constitue en fait une partie de l'épreuve de l'examen d'entrée au SEED (l'élite de votre académie).

La seconde épreuve se déroule plus tard et vous serez rejoint dans votre équipe par Zell et Seifer (la personne avec qui vous vous étiez battu).

Après l'épreuve, vous serez admis au SEED et votre première mission sera de vous rendre à Timber pour aider un groupe de révolutionnaires dirigé par Linoa (une magnifique jeune fille qui constitue un des axes du scénario).

Cependant, lors du voyage, vous tomberez dans un rêve où vous incarnez Laguna. Celui-ci a aussi une grande importance mais vous ne l'apprendrez que plus tard.

Votre mission a pour but de capturer le président de Galbadia (une importane nation). Vous vous rendez ensuite à Galbadia où Edea (la méchante sorcière) persuade Seifer de le suivre.

Le scénario va ensuite de rebondissements en rebondissements. Ainsi Edea n'est que manipulée par une sorcière plus puisssante encore et vos rêves avec Laguna ne sont pas un hasard.

De plus, l'histoire des persos est très très fouillée. Ils o­nt tous un passé, une famille et des idéaux propres.

Sous le fond du sauvetage du monde, une histoire d'amour prend place entre les deux persos principaux (Squall et Linoa). Cette histoire rend d'ailleurs le jeu un peu gnan-gnan parfois mais cela n'entâche pas trop le jeu dont le scénario reste intéressant et bien développé.

Enfin, les personnages (ennemis et amis) sont très très très charismatiques. Et o­n prend un plaisir fou à les voir évoluer.

Squall (à gauche), Seifer (à droite) et Zell (au fond), lors de l'épreuve finale du site.
Les environnements bien qu'un peu gris sont tout de même très jolis et extrêmement détaillés.

Des graphismes époustouflants

Les graphismes sont d'une grande finesse. Même si la Playstation a quelque peu vieilli, le jeu est tout de même très beau.

De plus, les personnages sont représentés de façon réaliste. Ce choix a d'ailleurs été beaucoup critiqué mais en fait il va très bien avec l'esprit du jeu. C'est à dire plus "adulte".

Les animations, elles, sont très bien réalisées. Surtout celle des magies et des invocations.

En effet, les invocations donnent lieu à un déluge d'effet spéciaux tout simplement magnifiques.

Enfin, qui dit FF sur Playstation, dit cinématiques. Et là, Squaresoft nous a gâtés. o­n a donc droit à plusieurs heures de cinématiques de toute beauté.

Et pour finir, les musiques sont à mon avis les meilleurs de tous les épisodes Playstation. Le thème de la cinématique d'intro est notamment superbe.

Les invocations sont magnifiques (ici, Golgotah, la G-Force liée à la foudre).
Les scènes cinématiques sont époustouflantes.

Un système original

Le système de combat de FF8 est le plus original de tous ceux sur playstation.

Vous récoltez donc des G-Forces (équivalent des chimères).

Vous assossiez ensuite ces G-Forces à vos personnages. Elles évolueront alors en même temps que vous, apprenant ainsi diverses capacités plutôt variés qui peuvent soit augmenter les HP de votre G-Force, soit les vôtres, ou bien d'autres choses encore.

Les G-Forces vous permettent aussi d'avoir trois capacités (invoquer, magie, objet...). C'est certes un peu limité mais ça vous pousse à faire des choix tactiques.

Une autre originalité vient des magies-mêmes. Ainsi, pour acquérir des magies, vous devez les subtiliser à vos adversaires. C'est un système bizarre et peu plaisant.

Le système de combat est donc intéressant et original.

Le menu est plutôt austère.
Voici le mini jeu principal, un jeu de cartes. C'est excellent et très plaisant.

Une bonne durée de vie

Le jeu jouit d'une très bonne durée de vie.

Il est de plus bourré de nombreuses quêtes facultatives ainsi que de boss cachés hyper balèzes (enfin seuleument deux).
Les deux quêtes principales sont celle du jeu de carte (excellent) et des chocobos (pénible par contre).

Cependant, il est regrettable que l'on puisse atteindre le niveau 100 aussi facilement, c'est désolant et hyper frustrant.

Du coup, le jeu en prend un sacré coup mais en fait ce n'est pas si grave car il y a toujours les G-Forces à faire évoluer. D'autant plus que les boss finaux sont hyper balèzes.

AU FINAL...

Qualité visuelle

Superbe, les invocations vous en mettent plein les yeux.

 18

Qualité sonore

Superbes, même si le choix du rendu réaliste des persos est discutable.

 17

Background

Le scénario est parfois gnan-gnan mais les persos sont assez charismatiques.

 14

Interface - Jouabilité

Bizarre mais plaisant dès qu'on en a compris les ficelles.

 15

Durée de vie - Rejouabilité

Très bonne. Les nombreuses quêtes vous tiendront en haleine.

 18

Gameplay - Intérêt

La lenteur des combats risque de vous endormir.

 15

CONCLUSION

Le jeu aurait pu mériter une note encore plus élevée mais il lui manque un petit quelque chose, je ne sais pas quoi mais ça fait qu'il est juste en dessous de l'excellence.

15.5 / 20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous connecter afin d'intervenir avec votre personnage.