-- Test de Der Langrisser sur Super Nes --

Après deux épisodes sur Megadrive, Der Langrisser revient sur Snes. Ce test vous apprendra pourquoi ce jeu doit être possédé par tous les amateurs de Tactical-RPGs et même de RPGs tout court.

Fiche technique

Screenshot-titre du test de Der Langrisser
Développeur -
Langue Anglais
Difficulté Difficile
Genre T-RPG

Un scénario sympathique, ponctué de rebondissements

Alors que l’étoile rouge des ténèbres apparaît dans le ciel de Velseria, un homme cruel nommé Bernhart a pris possession de la légendaire épée (encore des épées) des ténèbres, Alhazard. Les pouvoirs de l’épée maléfique lui permet de créer une armée surpuissante, l’Empire qui engendre la guerre dans le monde. Mais les émanations maléfiques dues à la guerre o­nt réveillé une sombre entité liée à l’épée.

Pendant ce temps, un jeune rouquin du nom d'Elwin traverse les contrées en compagnie d’un apprenti magicien Hein. Arrivé à un paisible village, ils découvrent que des troupes de l’Empire veulent enlever une jeune fille Riana. Après l’avoir sauvée, ils tentent de la protéger en compagnie d'alliés tout en cherchant à découvrir en quoi elle est utile pour les sombres desseins de l’Empire. A travers cette quête, Elwin en apprendra plus sur sa généalogie…

Comme la plupart des RPGs, o­n a ici l’idée d’une guerre entre la puissante et vile armée et la poignée de héros destinés à sauver le monde de la guerre. Mais en même temps ces héros doivent découvrir un mystère lié à Riana et l’épée maléfique.

Le héros est déterminé selon vos idéaux et vos goûts

On n'insiste pas trop sur le personnage d’Elwin car c’est le joueur qui déterminera sa classe en répondant aux questions de la déesse de la lumière. o­n peut avoir le bandit, le pirate, l’apprenti magicien, le cavalier, etc…

C’est en fait le pouvoir de déterminer la classe du héros qui fait une des principales forces du jeu. o­n peut s’identifier au personnage et cela permet de découvrir de nouvelles perspectives de jeu en recommençant avec un autre personnage.

De plus Elwin et ses amis pourront, après avoir gagné de l’expérience, améliorer leurs pouvoirs en choisissant entre deux classes supérieures liées à la classe d’origine. Ce qui permet de nombreuses combinaisons de personnages.

Un grand respect des classes de personnages

On apprécie dans ce jeu le respect des types de personnages. En effet, les personnages auront tous des défauts ou des avantages liés à leurs classes. (Par ex. : les elfes noirs sont très faibles au corps à corps et n'ont pas une grande mobilité, les magiciens ne peuvent porter d’armures…)

Quel que soit votre personnage, vous aurez au moins une phase du jeu qui vous semblera difficile car votre avatar aura peu d’avantages faces à un certain adversaire. (Par ex. : les soldats sont faibles faces aux chevaliers, ces derniers sont faibles faces aux fées, ces dernières sont faibles faces aux archers…)

Un système de combat simple mais efficace

L’interface est des plus simples (sauf pour équiper ou acheter du matos où c’est un peu moins évident). Pour les combats, trois types d’actions sont accessibles. o­n peut se déplacer, et si l'on se trouve à proximité d’une troupe adversaires (le nombre de combattants qui forme le groupe représente le nombre d’HP de cette troupe), o­n peut l’attaquer. o­n assiste alors à une bataille entre les deux troupes. Sinon o­n reste sur place et o­n utilise de la magie (une dizaine de pouvoirs différents en tout).

Les généraux peuvent se soigner aussi, très important car si un général ou un héros meurt, toutes les troupes qu’ils avaient achetées en début de scénario meurent aussi. De plus, les commandants qui o­nt été tués (ou qui se sont battus en retraite) ne gagneront pas d’expérience en fin de scénario.

Parfois des NPCs alliés entre en jeu, il est préférable de finir le scénario avant qu’ils meurent car ils peuvent vous donner par la suite des objets, des GPs... et puis les dialogues sont plus intéressants quand il y a beaucoup de survivants.

Des missions, des compagnons, des ennemis et des rebondissements variés

On n’a pas pour chaque mission "une carte, un tas d’ennemi et il faut tous les tuer". Bon c’est quand même souvent l’objectif principal mais il faut en même temps escorter des personnes, protéger des villages, des châteaux, prendre possession d’un objet.

De plus les missions sont truffées de rebondissements et de surprises. En effet quel sentiment de jubilation lorsque l’on pense que c’est foutu, et qu'alors soudain des renforts nous viennent en aide, ou bien la stupéfaction de voir des ennemis ou un incendie de forêt surgire de nulle part. Parfois en plein scénario, les commandants ennemis se disputent ou les compagnons donnent des conseils, des commentaires selon la situation.

Malgré le peu d’actions possibles, l’interface nous donne accès à de nombreux choix de stratégie. o­n remarquera aussi que le lieu du terrain peut aussi apporter des avantages (par ex. des hommes-lézards dans l’eau, des soldats descendant une montagne…). Et quand vous avez marre de bouger tous vos soldats, vous pouvez, par l’intermédiaire de vos commandants, donner des ordres (bataille, défense…) et les combattants agissent automatiquement en conséquence.

Graphismes beaux mais rien de mirobolant

Les graphismes sont assez classiques mais au moins o­n est sur que ça plaît à tout le monde.

Les animations sont correctes, rien de spécial, lorsque l’on invoque Attack+ il y a des épées qui volent, lorsqu’on soigne il y a des étoiles vertes partout, lorsque l’on utilise Charm y’a des cœurs... rien de mirobolant en somme mais o­n ne s’en plaint pas.

Une assez bonne bande-son

Les musiques sont sympathiques (il m’arrive de les fredonner) et les bruitages sont corrects. De beaux bruits d’explosions, de hurlements… Rien à dire de spécial.

Un jeu passionnant

Prises de têtes garanties pour certains niveaux où la difficulté se trouve accrue, surtout lorsque l’on veut que tous les gentils soient vivants et/ou que l’on n'a pas accès aux possibilités de sauvegardes que nous offrent certains émulateurs. Mais o­n est tellement content de finir les scénarios les plus longs qu'on s ‘empresse de passer aux suivants. o­n dirige très vite une grande armée à son goût et o­n en est fier.

Quelle joie de se sortir des pétrins les plus délicats avec jugeotte, tactique, quelques soldats et un peu de chance. Et quand o­n a fini le jeu, ce qui est déjà pas mal, o­n recommence avec un autre personnage et puis les parties ne sont jamais les mêmes. Les personnages sont tous charismatiques et particuliers.



AU FINAL...

Qualité visuelle

Graphismes corrects et chatoyants, du classique mais du beau.

 15

Qualité sonore

D'excellentes musiques entraînantes, en revanche, on pourra regretter la qualité des sons vraiment en dessous.

 14

Background

Scénario un peu classique mais ponctué de rebondissements. Le gros plus vient du fait qu'il est possible de suivre 4 voies différentes!! Enorme!!

 18

Interface - Jouabilité

Tout a été fait pour que soit simple et intuitif, cela n’empêche pas de pouvoir opter pour de multiples stratégies et scénarios.

 19

Durée de vie - Rejouabilité

Très bonne, à raison d’environ 1h30 par scénario (une dizaine), c’est déjà pas mal. Mais on recommence avec plaisir avec de nouveaux personnages pour découvrir de nouvelles perspectives de combat et suivre histoire différente selon nos actions.

 19

Gameplay - Intérêt

Tactique, évolution des personnage, grosses bastons, pas de réel point noir, alors que du bonheur! ;)

 18

CONCLUSION

Un très bon Tactical-RPG, passionnant et intéressant malgré des graphismes et une quête principale déjà vus sur d’autres RPGs. Des personnages attachants, un gameplay simple mais efficace, une très bonne durée de vie et la liberté des décisions de la classe du héros et des classes supérieures des alliés font la force de ce jeu que tout fan de Tactical-RPG doit avoir.

17/20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire pour créer votre personnage.