-- Test de Evoland sur PC --

Imaginez-vous en train de voyager à travers l'histoire du RPG. Vous passeriez d'un univers en 4 nuances de gris jusqu'à un nouveau monde dont il faudrait en sauver les couleurs. De Mystic Quest à Diablo III, tout en passant par Zelda III et FFVII, Evoland, RPG indépendant s'il en est, vous offre justement cette possibilité. Retour vers le futur...

Fiche technique

Screenshot-titre du test de Evoland
Développeur Shiro Games
Langue Anglais
Difficulté Facile
Genre RPG

Pour un jeu fait à l'arrache...

Evoland est un RPG très particulier dans son concept ainsi que dans son élaboration puisqu'il a été originellement créé en une trentaine d'heures, tout au plus, lors de la 24ième édition du Ludum Dare. Le Ludum Dare est une compétition où de nombreux concepteurs de jeux ont tout juste un week-end pour fabriquer un jeu de toute pièce qui correspond à un thème donné par l'assemblée. Grand gagnant du thème « évolution », Evoland a eu le droit à une sortie Steam updatée, et c'est de cette version que l'on va parler plus en détail.

 

Le principe du jeu est simple et pourtant original. Votre personnage va voyager à travers toute l'histoire du RPG, depuis ses fondements de l'ère 8 bit jusqu'à ses heures contemporaines. Vous comprendrez très vite que l'évolution est le thème central du jeu et celle-ci s'affirme par de nombreux artifices. L'évolution se fera avant tout graphiquement. Vous passerez progressivement d'un monde en 2D avec quatre nuances de gris à une monde en 16 couleurs, puis 264, puis vous aurez le droit au Mode 7 qui a fait la gloire de la SNES jusqu'à de la 3D précalculée pour enfin finir sur de la full 3D. Outre ce plaisir de voyager à travers les âges, Evoland vous propose également d'avancer plus dans les méandres fonctionnels des RPG de légende. En effet, d'abord très limités, vos mouvements iront de pouvoir se déplacer qu'à droite, à pouvoir se déplacer à gauche, à la verticale, en diagonal, jusqu'à finir par être libre de ses mouvements. Aussi les systèmes de combats passeront par toutes les modes. D'abord empruntant ses lettres de noblesse à un Zelda, Evoland tapera ensuite dans du Final Fantasy avec ses combats en ATB jusqu'à finir sur du gros Hack'n'Slash à la Diablo. Varié s'il en est, Evoland se meurt malheureusement très vite.

Comparez les époques

Ca vous rappelle rien ?

Il s'en sort pas si mal

Chaque ajout de gameplay ou technique s'obtient à l'aide de coffres qui seront disséminés tout au long de votre quête. Un système addictif qui donne l'envie au joueur d'avancer toujours plus loin dans l'aventure... Mais limite également l'intérêt d'Evoland. En effet, le joueur se retrouve malgré lui emprisonné dans cette spirale de la nouveauté. On attend chaque innovation avec impatience mais après une simple heure de jeu, celles-ci se font plus rares et très vite le joueur se lasse. En effet, hormis son idée directrice, Evoland ne tient pas la route en tant que RPG pur et dur. Ce n'est qu'un historique très agréable à parcourir, certes, mais qui souffre de son principal attrait ainsi que des mêmes défauts que les jeux dont il s'inspire, sans ce côté accrocheur que peuvent apporter les puzzles d'une Zelda ou le scénario d'un ancien FF. L'histoire du jeu n'est qu'une excuse dont on ne se préoccupe guère, une fois toutes les évolutions passées, on s'ennuie très vite.

 

Très rigide également dans sa prise en main (la première version ne supportait pas le pad), Evoland jouit quand même de sacrées qualités telles que l'aspect graphique forcément énormément varié mais également sonore. Que ce soit les musiques, bien représentatives de ce qui se faisait de mieux dans les RPG (on retrouve des thèmes qui vous rappelleront foncièrement un Zelda III, un FF6 ou un FF7) ou les effets sonores qui vous emplissent de nostalgie.

 

La nostalgie, c'est d'ailleurs le point central d'Evoland. Nul doute que la personne très peu cultivée en matière de RPG old school ne pourrait trouver que peu d'intérêt dans ce jeu. Les autres par contre, se délecteront avec plaisir de retraverser les âges qui les ont fait rêver et de profiter de l'humour sous-jacent qui parsème toute l'aventure d'Evoland. De toutes façons, un jeu indépendant à l'idée originale, agréable à jouer et bien pensé, pourquoi s'en priver ?

 

PS : Ce test a été réalisé pour le mag' en ligne Retrogeek, d'où son format réduit. Nous n'avons pas jugé nécessaire d'en faire une refonte complète puisque le jeu est très court et simple.

Ca se passe de commentaire non ?

La Gameboy en a fait rêver plus d'un



AU FINAL...

Qualité visuelle

L'expérience visuelle est le coeur même du jeu. Même si on n'arrive pas à de la PS4, l'évolution et la bonne utilisation des graphismes de l'époque parfait cet aspect.

 16

Qualité sonore

On retrouve des thèmes qui se rapprochent fortement d'autres connus, et c'est l'effet voulu. Dans ce sens, c'est très bien réalisé. Sinon rien de ouf, mais c'est cool quand même.

 14

Background

Le seul intérêt du jeu est de parcourir l'histoire vidéoludique du RPG, à part ça... y'a pas grand chose à se mettre sous la dent. L'humour omniprésent sauve les meubles.

 10

Interface - Jouabilité

Le menu est quasi inexistant, le pad pas super bien supporté, le tout vachement rigide. Bref, c'est très facile d'accès, ça évolue sur la durée, dans le bon sens, mais rien de ouf non plus.

 12

Durée de vie - Rejouabilité

Une fois Evoland terminé, et même avant de l'avoir terminé d'ailleurs, le joueur n'a plus du tout envie ni l'intérêt de s'y remettre. Avec seulement six heures de jeu au compteur, Evoland ne fait pas vraiment le malin dans la cour des RPGs.

 6

Gameplay - Intérêt

Evoland est riche de plusieurs gameplays différents, ce qui parait être une évidence vu que c'est le principe même du jeu. Du coup, dans ce sens, c'est encore une fois bien réussi bien que limité.

 13

CONCLUSION

Evoland voit sa principale force dans les premières minutes de jeu avec l'évolution de sa palette graphique. Une évolution que le joueur saura apprécier à sa juste valeur et bien représentative de l'histoire de tous les RPG tels qu'on a appris à les aimer, de leurs premiers pas dans l'industrie du jv et jusque ceux d'aujourd'hui.

 

Evoland est sorti en version téléchargeable sur Steam pour le prix de 9,95$. Certains penseront que c'est un prix très honorable, d'autres que c'est un peu cher pour un jeu au coût de développement réduit et dont la durée de vie ne dépasse que très difficilement les six heures. On vous invite quand même à découvrir ce soft à l'idée si croustillante.

11.5/20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire pour créer votre personnage.