Test de Final Fantasy IV sur Nintendo DS

La mode des remake n'est pas prête de s'arrêter vu la pauvreté des sorties sur nouvelles générations. Dans ce domaine Square-Enix est roi, il est donc tout naturel que lorsqu'on parle remake, on parle Square-Enix, et lorsqu'on parle Square-Enix, on parle Final Fantasy.

Fiche technique

Screenshot-titre du test de Final Fantasy IV
Développeur Square-Enix
Langue Français
Difficulté Difficile
Genre RPG

Nouveauté narrative

Ce remake DS de Final Fantasy IV, célèbre opus de la SuperNes, raconte la même histoire mais pas de la même façon. Le roi de Baron veut s'accaparer tous les cristaux de vie de la planète ce qui aurait comme résultat de bien foutre la zone. Pour ce faire, le roi commandite Cecil, puissant chef des Red Wings, une flotte aérienne d'élite. Seulement les ordres du roi sont discutables et Cecil montre des signes de contestation. Lors d'une dernière mission sous les ordres du roi, ce dernier manipule Cecil afin qu'il anéantisse de manière involontaire tout un village. Il reste alors plus qu'une seule rescapée, que Cecil décidera de prendre sous son aile, défiant ainsi les ordres du roi. C'est ainsi que démarre la grande aventure d'un chevalier noir luttant pour sa rédemption. Il traversera ainsi de nombreux clivages, rencontrant différents personnages, et en en perdant d'autres de manières tragiques, pour finir embrigadé dans une grosse lutte entre le bien et le mal ; pour changer.

La force de ce nouvel opus DS est dans sa narration bien plus soutenue qu'à l'époque. L'ajout de voix digit' doublées en anglais ou en japonais selon votre édition, ajoute de la profondeur aux personnages et renforce les passages scénaristiques lors de cinématiques réalisées avec le moteur du jeu. D'autres passages en text-box old-school sont aussi présents, ne vous en faites pas.

Cecil : -"Tu me cherche ?"
Rosa : -"Ouais vas-y Cecil, il m'a traité de p*te"

De nouveaux graphismes, de nouvelles musiques

La grande nouveauté de cet opus est en fait dans son aspect graphique. Afin de plaire aux nouveaux joueurs obnubilés par ce qu'exhibe un jeu plus que par sa qualité ludique ou sa capacité à nous faire rêver, tout le jeu a été retravaillé afin de faire un mauvaise 3D PSX, comme ce que ne supporte pas la DS. Les personnages sont donc assez moches et polygonés à mort, mais c'est en 3D alors même plus moche que de la bonne 2D, ça fait moins cheap, ça passe crème.
Les invocations et magies par contre jouissent du coup de plus beaux effets et le rapprochement avec FFVII est direct ! La cinématique d'introduction en images de synthèse serait très belle sur PSX aussi, mais si la DS peut lire les DivX, elle peut lire du « Advent Children », bref ça fait un peu « m'as-tu vu » et rien de plus.

Les musiques sont mises à jour mais sans trop de changements notables. Les réorchestrations Uematsu y'en a à gerber dans tous les 10 000 remakes des FF, ça devient lourd à force d'en parler. Les musiques sont donc comme à l'origine biens, collent au soft et jouissent du son DS qui est quand même dix fois moins horrible que sur GBA mais moins mythique que sur SNES.

Les deux Dark Knights : la classe
L'invokeuse : la plus grosse mèche d'emo de toute l'histoire du jeu vidéo.

Un système de jeu différent

L'autre grande nouveauté de cet opus DS est le combo effectué entre l'utilisation du stylet et les trésors récoltés lorsque vous découvrez une map à 100%. En effet, vous avez la possibilité de vous déplacer au stylet sur la carte présente à l'écran du bas. Vous avez aussi la possibilité de ne rien faire au stylet et vu que son utilisation me fait carrément chier, c'est ce que j'ai fait. Malgré tout on garde les yeux rivés sur l'écran du bas afin de découvrir 100% des maps pour avoir de sacrés trésors. Voici ainsi la grosse faiblesse du jeu. Les phases d'exploration font qu'on garde les yeux rivés sur l'écran du bas afin d'être sûr d'avoir tout découvert, d'autant plus que les coffres sont directement visibles sur la carte, les secrets à découvrir par soi-même sont proportionnellement très peu nombreux. On ne matte alors plus les décors, on ne regarde plus les graphismes, on regarde juste une map encore plus simple et pourrie que des graphismes SNES. Le joueur qui voulait de la 3D qui claque se retrouve alors à mater les 3/4 du temps de la 2D moche. Ironique non ?

Les combats sont typiques FF de la vieille époque en tour par tour avec votre jauge d'ATB. Ils se déclenchent de manière aléatoire lors de vos déplacements. Outre les classiques attaque, défense, magie, item, vous aurez des capacités particulières que vous pourrez faire apprendre à vos personnages et choisir de les équiper ou non pour les combats. Certaines de ces capacités particulières seront disponibles de base avec votre personnage, d'autres à trouver. A savoir que vous pouvez en faire apprendre beaucoup à votre personnage mais qu'uniquement 3 d'entre elles seront équipables, et c'est dans ces choix qu'il faudra être tactique. Jusqu'à cinq personnages sont jouables lors des phases de combat, et ce sur deux colonnes, avec gestion à la « Suikoden » si vous voulez : ceux du fond prennent moins de dégâts mais tapent moins fort à moins qu'ils aient des outils spéciaux pour contrer ça. A savoir que la 3D a ralenti considérablement la célérité des combats du FFIV d'antan.

Combat
Map

Un nouveau vieux FF

Je dois admettre que les gars de Square-Enix se bougent encore bien en ce qui concerne leurs productions sur DS. Outre un excellent « The World Ends With You » chroniqué sur nos pages, ils proposent ici un bon RPG d'antan remanié avec style. La narration est très agréable et totalement différente de la précédente, ainsi le joueur aura véritablement l'impression de faire un autre jeu.
Néanmoins le rythme du jeu est moins appréciable que la version d'origine. Plus technique mais plus lente que la précédente.

La difficulté a été revue à la hausse. Ne pensez pas finir le jeu en ligne droite comme n'importe-quel FF. En effet, la difficulté du jeu est telle qu'il est parfois totalement impossible d'avancer dans le jeu sans avoir fait un peu de leveling-up auparavant. Je pense particulièrement au dernier donjon qui est franchement coton. Alors à moins de fuir tout le temps, de ne prendre aucun coffre et de prier pour le dernier boss, vous n'aurez aucune chance de finir le jeu sans avoir le plaisir de : soit vous atteler aux quêtes annexes, ce qui me paraît être un choix très judicieux, soit faire du leveling-up à outrance, ce qui est, il faut l'admettre, beaucoup plus relou mais néanmoins indispensable.

Verdict ?

Baston
Y'a un méchant qui va prendre cher je le sens...

AU FINAL...

Qualité visuelle

La qualité visuelle du soft est très inégale. Tant les invocations sont belles, les magies ont de l'effet, la scène d'intro est agréable à voir, tant la 3D est moche et les décors sont pauvres, polygonés à outrance et fades.

 11

Qualité sonore

C'est du bon mais à force ça n'étonne plus personne. Du vu, revu, revuvu. Ca lasse.
Par contre les doublages japonais sont très bons. Et les doublages américains très mauvais ^_^

 13

Background

La profondeur de FFIV m'avait percuté à l'époque mais beaucoup moins cette fois-ci. Je ressens moins la tension de l'époque, l'impression que la planête était vraiment en danger. C'est sympa mais ça perd son côté mythique d'époque.

 13

Interface - Jouabilité

L'inferface du jeu est très simple à prendre en main et la gestion des personnages qui en découle est très intuitive et agréable à utiliser.

 15

Durée de vie - Rejouabilité

Comptez 35h00 au compteur toutes quêtes annexes comprises. Pour avoir tout de chez tout, vous devrez recommencer le jeu au moins 2 ou 3 fois. Pour un jeu DS, à license, franchement c'est pas mal!

 15

Gameplay - Intérêt

Refaire cette version DS lorsqu'on est fervent admirateur de la première version, qu'on s'est laissé emporter dans les grandes aventures de Cecil Ier n'apporte au final qu'un intêret nostalgique avec une vision du soft un peu plus fraiche. Par contre, je pense que c'est une bonne version à faire pour un néophyte, le jeu se joue bien, est assez accrocheur et agréable à prendre en main.

 14

CONCLUSION

J'aurais préféré une version 2D super lisse, avec des couleurs chatoyantes et qui se joue à 100 à l'heure plutôt que cette version parfois maladroite et ralentie. Néanmoins, j'ai apprécié reprendre Cecil et Kain en main. J'ai apprécié les doublages (jap!!) des personnages, leur donnant ainsi une seconde vie. J'ai apprécié aussi le chalenge proposé par le jeu. Bref un bon RPG DS, qui ne révolutionnera pas les FF, ce qui n'est de toutes manières plus faisable de nos jours.

13.5 / 20

Commentaires

Dreamer,

Pour moi, l'ajout des voix apporte effectivement toute une dimension supplémentaire au jeu et donne enfin aux personnages la profondeur qu'ils méritent. Par exemple, on notera que Cécil utilise tout un vocabulaire qui le fait paraitre peu sûr de lui, à l'opposé de Kain qui est beaucoup plus fier dans le choix de ses termes et expressions.

Par contre le doublage ricain des persos principaux n'est pas si mal fait que ce que tu sembles indiquer, et j'aurai vu bien pire.

Pour ce qui est de la beauté du jeu, c'est subjectif, mais j'ai beaucoup apprécié le passage 3D même si on aura vu mieux.

A noter aussi que les personnages s'arrêtent d'évoluer quelquepart entre les niveaux 70 et 80 (je sais plus où exactement) et que leurs gains de stats à partir dudit système de talents.

Au final ce remastering de FF4 m'aura rappelé FF7 avec nostalgie, et j'apprécie particulièrement l'inclusion de cut-scenes et autres petits bonus qui donnent enfin une vie aux autres personnages

prout,

On est pratiquement d'accord donc :)

J'ai pas remarqué pour l'arrêt de level-up mais tous mes perso étaient aux alentours du niveau 70 quand j'ai fni le jeu.

 

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous connecter afin d'intervenir avec votre personnage.