-- Test de Tales Of The Abyss sur Playstation 2 --

Tales of the Abyss marque les 10 ans de la série des Tales Of et reprend par là même tous les ingrédients de celle-ci. Critique du plus cliché des Tales Of.

Fiche technique

Screenshot-titre du test de Tales Of The Abyss
Développeur Tales Studio
Langue Anglais
Difficulté Très facile
Genre RPG

Une histoire originale ? Mais en fait non.

Comme dans tous les Tales of « traditionnels » vous incarnez un héros à mèche un peu pataud qui va devoir sauver le monde. Luke, de son prénom, est un petit fils à papa, genre filleul au Roi tant qu’on y est, qui depuis son enlèvement présumé il y a sept ans, n’a plus le droit de sortir de son super château cinq étoiles. Aujourd’hui est une belle journée puisque son mentor, Van, doit venir le voir pour échanger quelques passes armées. Manque de pot, surgie de nulle part (quoi en fait si juste de derrière un buisson dans le dos du gars), la sœur de Van arrive et tente d’assassiner son frère. Luke s’interpose et les deux compères entrent en résonance et se voient téléportés loin du manoir. Alors que tout homme normal rêvant de liberté devrait être ravis d’être transporté avec une telle beauté dans un endroit totalement désert, monsieur fait le difficile et veut rentrer à la maison, pas de chance mon gars va falloir se faire tout le chemin à pieds… et nous voilà parti pour une très longue épopée.

Comme dans tous les Tales Of, la guerre, la xenophobie et la religion sont des thèmes centraux autour desquels s’axent ensuite les remous du scénario. Le monde de Auldrant dans lequel vous évoluez est en effet complètement régi par « le score », sorte de Bible prédisant le futur de toute vie dont l’écart signifierait un désastre. Quoi comme désastre ? Bah comme d’hab bien sûr, on te fait peur avec des conneries comme ça tu suis des idées à la con et tu te fais exploiter et vider à sac comme toutes les religions…ah merde j’ai spoilé un peu le jeu.
Bref, cet aspect religieux est très très important à travers tout le jeu et à l’instar d’un FFX, il est très plaisant d’évoluer avec les personnages en apprenant au fur et à mesure à critiquer un système honteux préétablis. Luke sera un élément déclencheur déterminant dans cet écart au « score » notamment via ses résonances foniques (magie du jeu en gros) mais je ne vais pas en dire plus. Le scénario est en tout cas bien riche comme un peu tous les Tales Of. Les persos sont assez nombreux, remplissent bien leurs rôles clichés de la ptite chieuse à la voix aigue et stressante au gros baraque de deux mètres ultra froid. Leur évolution est plus qu’honorable surtout en ce qui concerne le héros qui encore une fois me fait bien penser à Tidus de FFX mais ne vous en faites pas la comparaison s’arrête ici.

oui oui c'est ça

"ptain vite des tampons !!"

Une palette graphique et une OST originales ? Mais en fait non.

Comme précisé en intro, Tales Of The Abyss (TOTA) est le Tales Of le plus cliché qui soit et le moins novateur et ce n’est pas les graphismes ou les musiques qui m’en feront démordre.

En effet, commençons par les graphismes si vous le voulez bien. Ils sont complètement repompés sur Tales Of Symphonia (TOS), le succès commercial de NAMCO. Bien que les couleurs soient bien plus fades que sur TOS, les décors sont franchement les mêmes et le charadesign des personnages identique jusqu’à leur personnalité. Les textures, la 3D, les cinématiques sont elles aussi exactement dans le même style. Donc vous aurez compris que l’on a à faire à de bons graphismes certes mais qui n’étonnent en rien.
Musicalement un effort semble avoir été voulu puisque Motoi Sakuraba, toujours lui, est cette fois-ci épaulé de deux autres compositeurs. Le résultat passe par contre inaperçu. Autrement dit les musiques sont carrément bonnes (avec Sakuraba aux platines c’est pas bien difficile) mais ne diffèrent en rien d’un TOS. Bref on retrouve les belles envolées orchestrales, les musiques un peu plus électro, celles qui arborent plus un ton rock progressif etc…

Bref sur ces deux aspects TOTA ressemble à un sous TOS et manque totalement de saveur, d’originalité et au final d’intérêt. Ceux qui ont lu déjà mon test de Tales Of Legendia sur RPGamers-fr comprendront que j'apprécie les efforts continus à pondre toujours plus de nouvelles idées que ce soit sur le fond d'un jeu, sur ses rebondissements ou sur sa prise en main.

"Je dois te prévenir, il a des moeurs sexuels assez troublants..."

"Je vais lui mettre un poing, après je lui demande son prénom"

Un système de combat original?mais en fait non.

Lors de vos déplacements de façon somme toute simpliste, vous pouvez entrer en contact avec des ennemis en libre course sur la carte ou dans les dongeons et c'est alors que se déclenchent les combats.

A une époque NAMCO créa ce qu’on appelle le Full Motion Linear Battle, c'est-à-dire des combats où les personnages et ennemis se déplacent sur une ligne pour se foutre sur la gueule en temps réel. Depuis Tales Of Phantasia, Namco n’a j’amais laché le morceau et nous ressert encore une fois sa recette. C’est comme une pizza, ça va faire plus de 20 ans qu’on mange la même, ça reste toujours aussi bon mais la même à tous les repas ça saoule.
Bref TotA est encore une fois fidèle à ses grands parents et surtout à son grand frère ToSymphonia puisqu’il reprend exactement le même type de combat avec prise en compte de déplacements en profondeur, les mêmes attaques pour nombreuses d’entre elles, le même principe d’expérience, d’apprentissage tout pareil quoi. Alors oui c’est speed, c’est bon, c’est agréable mais ça n’apporte absolument rien au joueur lambda ni aux HardCore Gamer. Quitte à encore être totalement subjectif, le Tales Of Legendia proposait au moins l’effort d’afficher des combats un peu différent du gros tube de la GameCube…

"C'est trop grillé comme sex-shop ici"

"Ptain les grosses épées...hmmmm"

Bon du coup qu'est-ce qui est original mais en fait non ?

Bah rien. Tales of the Abyss c’est du gros rien. C’est Tales of Symphonia en plus moche, avec un scénar différent mais bateau et des musiques moins bonnes. Ce Tales of n’apporte rien à l’ensemble de la série. On sent l’opus fait en vrac de temps juste pour la maille.

MAIS, car oui il y a un MAIS, l’histoire est quand même bien sympa ! Je devais le dire. On y retrouve des ingrédients assez matures et sympas qui vont à l’encontre de la religion encore et toujours. Comme d’hab me diriez-vous et vous auriez raison. Donc oui comme d’hab sauf que dans cet opus on traite encore d’un différent aspect de la religion celui de suivre des préceptes vieux comme le monde comme un abruti. Vous pouvez voir la série des Tales Of comme une grosse œuvre philosophique menée par de multiples essais littéraires basés sur les différences entre les peuples et sur la religion.

Même si cet épisode n’apporte rien à l’environnement du joueur il a su garder avec succès les éléments de la série des Tales of qui lui sauvent la vie. Mention passable

Un screen de combat

Et un autre screen de combat... vous vous attendiez à quoi comme commentaire hein petits pervers ?!



AU FINAL...

Qualité visuelle

C'est assez bien travaillé notament au niveau des décors mais alors franchement en dessous de ce qui s'est fait sur GameCube et ce qui se fait sur PS2.

 14

Qualité sonore

Toujours bien fait, mais à force plus rien n'étonne et cette OST ne sort pas du lot.

 14

Background

Le Background est sans doute le gros point fort du jeu. Cette tension religieuse constante, la fin du monde inéluctable font de ce Tales Of une réussite (comme d'hab) au niveau du monde à l'intérieur du jeu en général

 15

Interface - Jouabilité

If

Interface == "Tales_of_Symphonia"

then

Bien fait, simple d'accès mais une putain d'impression de déjà vu

 13

Durée de vie - Rejouabilité

60h00 au compteur, allongez à 100heures avec les quêtes annexes, c'est long ouai, mais c'est chiant. Perso je ne le referai jamais.

 14

Gameplay - Intérêt

C'est là que la note va chuter. Je ne vois absolument aucun intérêt à faire ce tales of. Autant lire un bon bouquin et faire Tales of Symphonia, on aura moins l'impression de perdre son temps. Les persos sont relous et tout le reste repompé à mort, bref assez déçu en général.

 6

CONCLUSION

Le parfait exemple de ce qu'il faut faire pour gagner du pognon à moindre coût. Mais je n'adhère pas du tout. Un Tales of pourtant assez bien, vu qu'il s'agit d'un condensé de la série. Ne le faites pas sauf si vous n'avez jamais touché à aucun Tales of, si vous avez une ps2 us et si vous n'avez que la possibilité de faire cet opus... ça fait beaucoup de si...

11.5/20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire pour créer votre personnage.