Test de GrimGrimoire sur Playstation 2

Quand Vanillaware le développeur d’Odin Sphere et de Princess Crown (quand même !) s’allie avec Nippon Ichi Software à la production, y’a pas à dire mais c’est un véritable revival musclé de la génération 2D qui s’envole. Test du plus RPG de tous les RTS console.

Fiche technique

Screenshot-titre du test de GrimGrimoire
Développeur Vanillaware
Langue Anglais
Difficulté Moyenne
Genre T-RPG

Ouroboros ou un scénario tout en finesse

Grimgrimoire est un jeu très différent des productions présentes et passées. La première différentiation que l’on peut observer se fait au niveau du scénario que l’on croit pourtant au début sorti tout droit d’Harry l’plotteur. En effet, vous incarnez Lillet Blan, jeune magicienne, qui intègre la prestigieuse école de magie située dans la tour Silver Star. Lillet s’intègre tant bien que mal dans son école et découvre progressivement ses camarades de classe ainsi que ses nombreux professeurs tous plus mystérieux les uns que les autres.
Alors que chaque jour s’étoffe d’une leçon de magie et chaque nuit découvre une partie du scénario, au crépuscule du cinquième jour Lillet se retrouve en proie à une agitation folle de son école attaquée par une entité maléfique qui aura vite fait de ruiner tout le monde. Lillet tente tant bien que mal de détruire ce mal et se fait alors assassiner ! Le scénario commence là. Lillet en proie à mourir se réveille alors en sursaut et se retrouve dans sa chambre le tout premier soir d’arrivée dans son école ; elle venait de faire un bond dans le temps, 5 jours avant le drame, ayant ainsi connaissance des sorts appris mais surtout du futur de chacun.
Ainsi Gringrimoire vous plongera dans un cycle interminable de cinq jours qui à l’instar du film « Le jour le plus long », se répéteront jusqu’à ce que Lillet découvre les secrets de tous les protagonistes, apprenne les sorts les plus puissants et se retrouve nez à nez avec sa forme métaphysique pour mettre fin à ce cycle infernal.

Jour 1
Jour 2

Eternel retour visuel mais non musical

Grimgrimoire fait partie de cette nouvelle vague de Tactics/RPG que l’on doit à Disgaea, c’est-à-dire une 2D de très grande qualité, des persos « kawai » et/ou en SD (Super Deformed), des couleurs chatoyantes, très vives, et une finesse des traits du charadesign vraiment étonnante. Sans compter sur  l’animation des personnages in game ainsi que lors des passages en text-box qui est tout bonnement terrible telle que l’on voit jusqu’aux mouvements de respiration des personnages par exemple. Plutôt que vous faire une critique élogieuse je vous invite à aller voir une vidéo du jeu sur youteub ou autre.

Musicalement par contre on est loin des beat beat 8 bit de l’époque mais bien dans le moule des musiques sur orchestrées habituelles qui sont loin sans faux excellentes et qui me font grave penser à l’époque FFTactics, tu m’étonnes c’est Sakimoto en partie aux platines. Par contre les combats prenant la plus grande partie du jeu, une même musique pendant celui-ci peut devenir barbante très facilement au point de ne même plus prendre la peine de l'écouter, vous allez très bientôt comprendre pourquoi.

Jour 3
Jour 4

Real Time Stratégie pour un scénario où temps réel ne veut rien dire

Et voilà la grande originalité du soft qui n’en est à la fois pas une. En fait, Grimgrimoire, s’il n’était pas étoffé d’un scénario, d’un design et des musiques du genre, n’aurait sans doute pas sa place au sein de RPGamers-fr. En effet, les combats ne sont en fait rien de plus qu’une stratégie en temps réel. A cela près qu’ils déforment les règles du genre. Déjà un RTS sur console et développé uniquement pour console n’est pas un produit que l’on obtient tous les jours. Déplus, les combats sont en "2D - vue de profil", c’est-à-dire que vous pouvez laisser complètement tomber les notions de profondeurs (voir les screens).
Les combats se déroulent ainsi tels que vous devez construire des unités faibles en combat qui iront chercher des ressources (du mana) afin d’édifier de plus grandes unités de combats (des grosses chimères ou des gros dragons etc.) ou de défenses (défense de rune qui seront à la base de votre pouvoir). RTS encore car les combat peuvent durer des heures si la tactique se fait à tâtons, ce qui a été mon cas n’étant point du tout initié à ce type de jeu.
C’est aussi un mauvais RTS dans le sens où on a très vite fait le tour de tous les types d’unités possibles, que leur évolution par expérience est totalement celle d’un RPG classique, qu’il n’existe que 4 types de magie : Glamour, Necromancy, Sorcery et Alchemy etc.
Enfin ici pas de recherches interminables, pas de dongeons, pas d'upgrades en magasin, entre les phases de combats le jeu est identique à un RPG-Text les choix en moins, c'est ce qui fragilise le soft en tant que RPG et le confirme en tant que RTS.

Jour 5
Jour 1bis

A l'aube du cinquième jour ?

Ainsi Grimgrimoire est un jeu étonnant, magique, beau, original. Malgré tout il est un peu bancal. En effet, il risque d’être boudé par les puristes du RPG comme les puristes du RTS puisqu’il joue dans les deux cours sans être parfait dans aucune des deux.
Trois modes de difficulté sont disponibles avant chaque combat ainsi que des combats annexes que l’ont peut décider de suivre à tout moment ou non. Le scénario est inchangé selon le niveau de difficulté choisi, ainsi le joueur pressé préfèrera jouer en easy histoire de bâcler vite fait les combats, l’autre choisira sans doute le mode difficile histoire de tester ses capacités à gérer ses unités.
Un scénar contre un challenge, à vous de voir, moi j’ai fais le choix de toucher à un RPG dont les combats se faisaient en RTS, d’autres voudront sans doute plus toucher à un RTS avec des éléments RPG mais tous s’accorderont à dire qu’il s’agit d’un jeu appréciable et franchement original.

Jour 2bis
Jour 3bis etc. ...

AU FINAL...

Qualité visuelle

C'est en 2D, c'est très beau. Les couleurs sont vives et belles, les décors majestueux. L'animation des personnages est top.

 18

Qualité sonore

C'est bien fait et certains morceaux sont carrément accrocheurs et ne s'oublient pas. Dans un style à la Sakimoto, comme dans un Saga Frontier.

 16

Background

Le jeu est doté d'une histoire forte dont l'oppression continuelle des 5 jours qui tournent en boucle nous tourmente et nous guide vers les prémices du scénario. Le résultat est détonnant.

 15

Interface - Jouabilité

L'interface est très facile d'accès mais du coup peu égayée. Trop faible pour un RTS et tout juste moyen pour un RPG.

 11

Durée de vie - Rejouabilité

Carrément moins de 10 heures pour finir le jeu combats en easy, grand max 30 heures en difficiles toutes quêtes comprises et aucun intérêt de refaire le jeu deux fois hormis pour le scénar dont la compréhension se fait toujours après coup puisque basé sur un retour continuel en arrière.

 10

Gameplay - Intérêt

Faire un jeu original ce n'est plus tous les jours depuis la "grande" épopée de Sony. Vous disposez ici d'un jeu vraiment différent, agréable autant ludiquement que visuellement, que musicalement. Pourtant le côté RTS limité peut paraître chiant et au final on utilise toujours la même tactique en combat, c'est relou.

 13

CONCLUSION

En conclusion un bon p'ti jeux, bien original qui viendra agrémenter la culture de tout un chacun. On ne l'oubliera pas de si tôt celui-là mais je doute par contre le refaire un jour. A côté d'un Princess Crown ou d'un Odin Sphere, cet opus est bien faiblard.
Donc bon... Un bon moment (court) en perspective mais pas assez déboitant à mon avis. Comme toujours "try it"

13.5 / 20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous connecter afin d'intervenir avec votre personnage.