-- Test de Wonderboy 6 - Monster World 4 sur Megadrive --

Grand bouquet final de la série des WonderBoy (aka Monster World) qui, finalement, n'eu que l'effet d'un gros pétard mouillé.

Ceci dit, malgré beaucoup d'erreurs et de disparitions dans le gameplay, Wonder Boy 6 reste un bijou grâce à son héritage fabuleux.

Pourquoi tant d'acharnement sur un titre qui méritait un véritable amour ?
Nous allons voir ça en détails.

Fiche technique

Screenshot-titre du test de Wonderboy 6 - Monster World 4
Développeur -
Langue Français
Difficulté Difficile
Genre PF-RPG

1 - L'époque où il faisait bon jouer

-- Avant-Propos --
Avant de vous mettre à jouer à Wonder Boy 6, je pense qu'il serait préférable que vous commenciez par ses prédécesseurs.
--

Il était une fois, des joueurs qui n'avaient pas besoin de superflu pour être satisfaits, une époque où on se suffisait de jouer, où le gameplay était grand-maître-suprême.
La plates-formes aujourd'hui est révolue, ou n'existe plus sous la forme "2D", et pourtant...

A la manière d'un Castlevania, Metroid, Mario ou Sonic, la série des Wonder Boy se jouent sur ce qu'on appelle un "scrolling horizontal" : Gauche ou droite sur le paddle pour se déplacer respectivement vers la gauche... et vers... la troisième à droite après le feu rouge... Non j'déconne ! La droite bien évidemment.

Haut et bas ont tendance à servir pour entrer / sortir des batiment et parler aux gens... et... et oui ! Y a des gens !
Car contrairement aux autres jeux mentionnés plus haut, les Wonder Boy sont une forme de jeux de plate-formes où l'achat et la vente d'objets sont nécessaires, où la discussion avec les gens de la villeuh villeuh villeuh vous amène à perdre votre panier (maman), et où la quête de la gloire vous attend !

Dans les Wonder Boy, nous avons pris l'habitude de changer d'équipement ( et de look !)
Car ici, pas d'expérience, c'est l'équipement et les coeurs (points de vie) du personnage qui augmentent sa puissance/survie, à la manière d'un Zelda !
C'est vrai, les Wonder Boy, sont finalement ni plus ni moins qu'un Zelda plate-formes. :)

Et tout comme un Zelda tout classique, on cogne sur les gros méchants en temps réel. C'est à dire : J'appuie sur "A", mon perso tape. J'appuie sur "gauche", mon perso avance vers la gauche...

Nan, mais on sait jamais, des fois que vous ne sachiez pas ce que veut dire "temps réel", c'est tellement chelou comme expression, enfin c'est sur que certains jeux sont tellement pas maniables que parfois le personnage réagit 12 secondes après et le terme "temps réel" prend tout son sens.

Bref, ouais, Wonder Boy c'est du temps réel, de la castagne, et de l'adresse !
On s'éclate avec pas grand chose, et c'est ce qui fait son charme.


En revanche... Quand on dit qu'on s'amuse avec pas grand chose, il ne faudrait pas que cela soit poussé à l'extrême, or, ce dernier WonderBoy, WonderBoy 6 donc, a perdu beaucoup d'aspects interessants par rapport à ses prédécesseurs.

De la plate-forme, de l'action, du streum'.

Une ville, des gens.

2 - Pourquoi tant de haine ?

CA CASSE PAS DES BRIQUES !!

La première chose qui m'aie choqué dans WonderBoy 6 est :
"Où sont les bottes ?!"
Un petit tour dans l'inventaire pour remarquer une épée, une armure, un bouclier... mais pas de bottes ! Sacrilège ! Un wonder Boy sans bottes !
Là où la série des wonderboy était interessante, c'était sur ce type d'équipement, selon les bottes que nous portions, nous pouvions marcher vite/lentement, marcher sur le sable, nager vite, glisser moins, etc...

A pu. Notre personnage marchera donc toujours de la même façon.

Dans le même sujet de l'équipement, on pourra aussi remarquer que les épées seront toujours visuellement les mêmes, ainsi que les armures et bouclier. RIEN ne change. Même pas une petite couleur pour dire qu'on a changé d'équipement... Encore, là où les anciens héros possédaient un look changeant (transformations ou équipement), ce dernier personnage sera toujours identique. Toujours. Fuck.
Hey !! C'est pourtant une fille !!

Et les épées ne casseront pas non plus des briques... (Ah non ! Ce n'est pas une expression ! :D)
Et oui, un petit truc rigolo de Wonderboy 3 et 5 qui n'existe plus non plus, on ne casse plus de briques avec notre épée spéciale casseuse de briques. (Qui permettait de trouver des secrets qui tuent.. ou qui puent.)

 

L'UNIVERS

Nous voilà donc téléporté avec notre fifille qui change pas de couleurs dans un monde style "mille et une nuits" !
De quoi se demander si on ne s'est pas planté de jeu... ;D

Et bien oui, Wonder Boy version Arabie saoudite.
Cherchez l'erreur.
D'autant plus que visiblement, ce monde est le même que Shion (héro du 5) ...Vous aurez l'occasion de lire certains bouquin en jeu relatant de l'histoire de Shion.

Bref >> Rien à voir.


Ca ne serait pas gênant à la limite si l'inspiration d'un goût incertain des concepteurs s'était arrêté à cela. Mais non... Il a fallut qu'ils construisent un univers dans lequel il n'y a aucune liaison entre les mondes/donjons si ce n'est des téléporteurs.
Contrairement aux anciens Wonder Boy, où il était nécessaire de marcher pour aller d'un point à un autre, ce qui donnait l'impression d'un univers unifié...

Là... nous vivons dans une sorte de ville-portail-Saoudienne.

Et pour couronner le tout, les donjons sont extra-linéaires. Trop Longs, chiants, avec des énigmes qui ne dépassent pas le niveau de : "J'ai trouvé un objet qui ouvre la prochaine porte".
Jamais, au grand jamais il nous arrivera de tomber sur un objet dont on ne connait pas l'utilité directe.
Sans parler des objets et lieux secrets quasiment inexistants. -_-

 

Bref, vous l'aurez compris, WonderBoy 6 a grandement perdu par rapport à ses prédécesseurs. On pourrait même dire que cela tire vers l'acharnement.
Pourquoi tant de haaaaaiiiine ??

Pourtant... Il subsiste quelques éléments très interessants en terme de plaisir de jeu, j'y viens de suite.

Un équipement 'achement limité

Bienvenue à "Portail-Land" !

3 - Finalement, on s'éclate bien quand même.

Oui, malgré les différentes disparitions navrantes en terme de gameplay, comme les magies (Arf... J'ai oublié d'en parler : y en a pu. ), il reste malgré tout des points très interessants suffisament accrocheurs pour rester jouer à Wonder Boy 6, jusqu'à la fin.

Au menu :

Des graphismes qui déchirent. 'faut l'dire. Techniquement parlant, Wonder Boy 6 n'a rien à envier à ses ancêtres.
Certes, il ne s'agit pas là d'une révolution ni d'un atout très important, mais il est tout de même important de le signaler.

Non, ce qui m'a vraiment captivé, c'est cette nouvelle façon de jouer et manier le personnage.
Le bouclier est maintenant un élément capital et protège réellement des attaques de front.
Pas activé par défaut, il faut choisir entre attaquer ou se protéger derrière le bouclier. Chose parfois ardûe tant les attaques des créatures sont redoutables dans ce nouvel opus.

Et justement, parlons-en !
Quoi de plus grisant que de bien gérer les situations où une espèce d'hippocampe surgit de l'eau pour envoyer une décharge électrique à distance pendant qu'une horde de blobs vous assaillit en sautant completement dans tous les sens, aléatoirement, autour de vous !
Sans compter les plates-formes et autres joyeusetés du terrain qui viennent pimenter les combats.
Une certaine adresse dans les doigts, et dans la tête est nécessaire !

Loin d'une difficulté parfaitement bien dosé, il sagit néanmoins d'un challenge fort interessant que de passer certains donjons. Vraiment ! Et ça, ça n'a pas de prix. :)

 

Une nouveauté toute fraiche, très rigolote, concerne notre nouveau petit monstre de compagnie, une espèce de piaf glouton tout bleu.
Sans lui, notre héroïne ne serait rien ! Car la plupart des énigmes, c'est à lui de les gérer... En l'envoyant dans le feu pour que madame puisse marcher dessus, en le jetant au loin pour qu'il aille activer un interupteur pendant que la miss tranche et cogne ses adversaires. Etc etc.

Une dernière chose : Même si les secrets se font beaucoup plus rares que dans les précédentes version de Wonder Boy, ils ne sont pas non plus inexistants, je tenais à le dire. ...Bien que ça n'arrive pas à casser trois pattes à un lapin.

C'est joli, mais c'est pas d'la tarte !

T'en va pas tout seul,
Tapis volant ! Au secours !



AU FINAL...

Qualité visuelle

Un très joli design cartoon pour tout âge !
Techniquement au dessus de ces prédécesseurs, les concepteurs auraient pu néanmoins respecter l'ambiance graphique et les fonctionalités des anciens WonderBoy.
Et cela lui vaudra 6 point en moins car affecte indirectement le gameplay.

 14

Qualité sonore

Trop peu de thèmes différents, mais... Adaptés à chaque niveau.
On se surprend à fredonner les airs, ce qui est tout de même bon signe.
Les bruitages sont fidèles à la série, rien à redire.

 17

Background

Véritable suite scénaristique de Wonderboy 5, même si cela n'y parait pas au premier abord.
L'environnement "mille et une nuits" n'a rien à foutre dans cette série en revanche. Grosse incohérence qui lui vaudra un *blam* dans sa face, pour le côté background.

 11

Interface - Jouabilité

Pas grand chose à redire sur l'interface : simple et très efficace.
Un bijou de la prise en main.
Une lenteur sur la réactivité du personnage après chaque attaque, peut-être lui vaudra quelques points en moins sur la note.
Mais on s'y fait.

 18

Durée de vie - Rejouabilité

Arh... L'interêt de rejouer aux Wonderboy est lié au simple plaisir de jouer le personnage ainsi que découvrir tous les secret que nous n'avions pas découvert...
Cette fois-ci, pour le 6ème opus, les secrets sont beaucoup trop simples en raison du fonctionnement du level-design.

 9

Gameplay - Intérêt

Et bien... Dans la tradition d'un Wonder Boy, on s'éclate !
Malgré la destruction programmée du gameplay général, on arrive ENCORE à s'amuser, sisi !
L'interêt des combat et le challenge environnant, y sont pour beaucoup.

 15

CONCLUSION

Mais pourquoi tant de haine ? Reprendrais-je.
Meilleur qu'un WonderBoy 2, cet opus ne dépassera pas WonderBoy 3, ni 5 (y a jamais eu de 4).
Pourquoi avoir retiré tout ce qui faisait le CHARME de ses prédécesseurs ?
Gros manque d'inspiration ? Probablement... Cela expliquerai en partie pourquoi Wonderboy 6 sera le dernier de cette série.

Ceci dit, les plates-forme RPG sont rares, et malgré tous ses défauts, nous ne pouvons que l'applaudir car, le plaisir de jeu est toujours en partie présent.
Et dépasse encore de loin la plupart de bons RPGs d'aujourd'hui.

14/20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire pour créer votre personnage.