-- Test de Zone of the Enders: the Fist of Mars sur Game Boy Advance --

Tout le monde se souvient encore des effets graphiques bluffants qui o­nt soulevé des clameurs et réveillé des passions lorsque le premier Zone of the Enders est sorti sur PS2 en mars 2001. Quelques mois après ce grand succès, Konami tenta d’étendre l’aventure à la Game boy Advance. Oui, vous avez bien lu, je parle de notre très chère GBA.

Fiche technique

Screenshot-titre du test de Zone of the Enders: the Fist of Mars
Développeur Sunrise Interactive
Langue Français
Difficulté Très facile
Genre T-RPG

Un bon scénario

La plupart de ceux qui o­nt joué à ZOE se souviendront du contexte historique dans lequel l’humanité s’est tournée vers une nouvelle source d’énergie appelée Métatron. Nous sommes en l’an 2173 et la quête pour l’obtention de rares sources de métatron a mené à la création de colonies sur Mars et Jupiter. Bien évidement, conformément à ce que l’histoire nous a démontré, les hommes sont incapables de s’entendre entre eux, et il n’est pas surprenant que de grosses tensions entre les colonies et la Terre aient vu le jour.
L’histoire de ZOE : the fist of mars se focalise sur l’aventure de Cage Midwell, un jeune adolescent de 17 ans sans histoire particulière et doté d’une confiance en lui même aussi basse que possible. Alors que Cage et son pote Arès s’affairaient à leur travail à bord du vaisseau Bonaparte III, celui-ci est attaqué par une Orbital Frame inconnue (voir partie suivante) d’une puissance inouïe. Après un premier impact, les 2 compères furent séparés et Cage fut forcé de fuir à bord d’un LEV étrange (voir partie suivante) non sans avoir récupéré au passage une mystérieuse demoiselle nommée Myona. Après un atterrissage forcé sur Mars, il s’avère que la demoiselle est amnésique et ne se souvient plus de rien. Malheureusement l’atterrissage ne passa pas inaperçu et les forces spéciales de mars apparurent pour capturer ceux qui était désormais considéré comme étant les terroristes qui o­nt détruit le Bonaparte III. C'est ainsi que commence l'aventure qui va amener Cage à déjouer une conspiration aux conséquences potentiellement dramatiques...

Testament, l'orbital Frame autour de laquelle l'histoire se base

J'adore cette petite, elle personnifie bien les femmes

Vocabulaire spécifique...

Pour ceux qui ne connaissent pas l’univers de ZOE, voici quatre notions qui reviennent souvent dans la chronologie.
Le premier est le concept d’ender, qui désigne toute personne n’étant pas née sur Terre. Ce terme possède une forte connotation péjorative et tend à être utilisé par les terriens pour marquer leur supériorité par rapport aux colons.
Le second concept est celui de métatron, qui est le nom donné à un minerai aux propriétés très spéciales et qui a permit de révolutionner certains domaines tels que la compression spatiale, l’intelligence artificielle, l’armement ou encore les voyages stellaires.
Le troisième concept est celui de LEV (Laborious Extraorbital Vehicle) qui désigne toute armure humanoïde n’étant pas alimentée par le métatron. Ces armures mobiles sont utilisées aussi bien par les civils pour des tâches comme la construction de bâtiments que par l’armée à des fins que tout le monde devinera.
Le quatrième concept est celui d’orbital frame. Ce terme désigne la nouvelle génération d’armures mobiles qui sont alimentées par le métatron. Elles o­nt comme particularité de pouvoir se synchroniser avec leurs pilotes et donc de pouvoir être contrôlées mentalement. Tout au long de la saga ZOE, les orbital frames les plus puissantes o­nt la particularité d’être dotées d’une intelligence artificielle hors normes permettant ainsi à n’importe quel pilote inexpérimenté de pouvoir surpasser la plupart des LEVs.

Une des phases de dialogue

Je précise, ils sont sur Mars dans un environnement sans oxygène à 30m l'un de l'autre...

Un système de jeu presque classique

Le système de combat de Zone of the Enders : the fist of mars est extrêmement classique et ressemble comme deux gouttes d’eau à celui d’un super robot taisen. Vous avez une grille sur laquelle vous sélectionnez vos unités, vous les déplacez et vous vous arrangez pour tabasser l’adversaire. Cependant, la séquence d’attaque bénéficie d’une innovation que Konami nomme IBS (Système de combat interactif) , et durant chaque attaque, vous aurez un nombre de secondes limitées pour ajuster votre cible sur un adversaire qui bouge et lui tirer un coup dans la tronche. De même lorsque vous vous faites attaquer, vous aurez un certain nombre de secondes durant lesquelles vous devrez éviter que le curseur de l’adversaire n’entre en contact avec le votre. Bien entendu selon votre niveau et les stats de vos unités, la mobilité de votre curseur, sa taille et le temps imparti pour les phases d’IBS changeront (de même que les bobos infligés).
Si ce système a l’air sympathique dans un premier temps (il permet entre autre à une unité faible de toucher une unité forte si le joueur est assez habile), cela devient vite lourd et o­n finit par le désactiver arrivé à la moitié du jeu (sauf contre certains bosses). Vos unités pourront également être customisées dans une certaine mesure et au détriment d’une autre statistique (ex : attaque Vs précision), et même si le système est bien plus primitif qu’un super robot taisen, il permet au moins d’ajuster les machines à la mentalité du joueur dans une certaine mesure.

Charmant quadrillage...

Là pour louper sa cible faut le faire exprès...

Son et graphismes

D’un point de vue graphique, Zone of the enders : the fist of mars est loin d’être une tuerie, et malgré sa prime jeunesse par rapport à l’âge de la console, o­n a vu largement mieux en termes de sprites et d’interface. Un point positif sur la réalisation graphique reste tout de même l’intégration d’artworks assez jolies et un chara design extrêmement réussi.
Pour ce qui est des musiques, celles-ci sont plutôt bonnes malgrés les limitations de la console et certaines pistes se réécoutent en boucle.

Un happy end? Pourquoi Cage at-il l'air déjà en train de souffrir?

C'est dingue comme ça fait Visual Novel...



AU FINAL...

Qualité visuelle

Rien de bien hallucinant malgré de jolies cut-scenes et un super chara design

 12

Qualité sonore

Très belles musiques qui collent avec le scénar

 13

Background

Un très bon scénario même s'il prend du temps à démarrer.

 14

Interface - Jouabilité

Une interface vachement facile à prendre en main

 13

Durée de vie - Rejouabilité

Deux fins différentes et un scénario qui diverge à un certain moment augmentent sensiblement la durée de vie du jeu. Cependant une fois le jeu fini il risque de ne pas ressortir du placard...

 13

Gameplay - Intérêt

Relativement fun au début mais des combats qui deviennent vite lassants...ce jeu aurait peut-être mieux fait de finir en visual novel plutôt qu'en T-RPG

 11

CONCLUSION

Un jeu qui permet de passer le temps et qui a l'avantage d'être assez court lorsque l'on décide de ne faire qu'un des embranchements scénaristiques. Les phases de combat deviennent tout de même rapidement assez lourdes et malgré un bon scénario, la qualité globale s'en ressent...

12/20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire pour créer votre personnage.