Test de Shadow Hearts : Covenant sur Playstation 2

Attention bombe : voici mon test du jeu qui m’a le plus défoncé jusqu’à Xenosaga 3 pas loin de 3 ans plus tard.

Fiche technique

Screenshot-titre du test de Shadow Hearts : Covenant
Développeur Nautilus
Langue Anglais
Difficulté Facile
Genre RPG

Comme toujours un petit historique ?

La boite nommée Nautilus nous a un jour sorti un RPG de légende; c'était en 2003. Nautilus anciennement sachnoth est composée de gens de SNK et de quelques autres de Square. A l'époque sur psx en 99 cette petite équipe inconnue nous sortait Koudelka, un survival horror RPG à l'ambiance mega Evil. Koudelka n'a pas franchement était super bien accueilli. C'est vrai que moi même si je lui admets ses qualités scénaristiques et originales, je n'en suis pas vraiment un fan. Le jeu a été testé sur ce site.

Ensuite en 2001 o­n avait le droit à sa suite distribuée par Midway aux states. Dit comme ça, ça fait toujours peur c'est sûr. Mais ce jeu peu édité se trouve difficilement aujourd'hui, les qualités nécessaires à un RPG typique sont toutes présentes dans celui-ci et je le répète l'ambiance est evil à souhait. La chronique est aussi disponible dans la page test :).

Aujourd'hui je vais vous parler du 3eme opus.

Des méchants
Du combat

? et une histoire ?

Shadow hearts 2 nous plonge au plein coeur de la première guerre mondiale. Nous contrôlons alors une très jolie autrichienne du nom de Karin Koenig. C'est un lieutenant qui a pour ordre d'attaquer un village et plus particulièrement une église où un monstre sévirait. Ce monstre c'est Yuri; le héros de Shadow Hearts 1 qui bien entendu sera impartial avec ses ennemis mais dont l'attirance naturelle inexplicable pour Karin fera qu'il la sauvera d'une bombe en plein visage. Personnellement l’attirance qu’il a eu pour Karin je l’ai compris direct moi :D quand tu vois comment elle est…hum.

Ce héro invincible qui a le pouvoir de fusionner avec des esprits puissants ne peut être arrêté par des moyens simples et brutaux.

Ainsi Karin se verra épaulé de Nicholaï, un prêtre du Vatican et d'un objet étrange pouvant paralyser Yuri; je vous laisse découvrir comment; difficile de faire cette chronique sans spoil tellement j'en ai dans la tête.

Shadow Hearts 2 c'est avant tout une histoire magnifique. C'est l'histoire d'un jeune homme tourmenté par son destin qui a le pouvoir d'entendre les morts, de parler avec eux et même de fusionner avec certains. C'est une grande histoire d'amour aussi mais qui est bien faite et surtout impossible mais pas neuneu à la FF non plus.

ATTENTION SPOIL NE PAS LIRE SI VOUS COMPTEZ FAIRE LE JEU************

SH2 c'est aussi surtout l'histoire de Yuri qui a perdu la femme de sa vie dont la sienne n'a alors plus aucun sens. Il veut mourir, o­n le sent dans son regard il veut absolument la rejoindre. Mais par respect envers elle qui l'a protégé de sa vie, il ne peut gâcher cette considération; cet amour. La scène où lui, et Roger Bacon un personnage clef dans la série, essayent de ressusciter Alice est à pleurer. D'un côté o­n voit un Yuri désespéré, Alice revient mais l'expérience foire et disparaît de nouveau au royaume de la mort. En parallèle Karin amoureuse de notre héros le soutient parmi vents et tempêtes; vivant cette scène et sachant pertinemment qu'elle n'aura jamais sa place aux côtés de Yuri. SH c'est ça, c'est la mort contre la vie, c'est l'amour impossible, c'est la magie noire et leurs Dieux maléfiques, c'est 2 fins, la bonne et la mauvaise dont les deux sont mauvaises.

******FIN DU SPOIL INUTIL S'IL EST PAS LU MAIS J'AVAIS ENVIE DE LE DIRE.

Des chiens
Des hommes masqués

? vécue par des personnages déchirants ?

La psychologie des personnages est très intéressante. Si contrairement aux Xeno leur psychologie n'est pas celle de psychopathes avérés, elle est au contraire étonnamment humaine et c'est ce qui m'a plu. o­n peut se sentir facilement concerné par les histoires des protagonistes sans pour autant vivre parfaitement les mêmes histoires que eux. Perso je m'identifie très bien au Héros ce qui est une première dans un RPG car je suis quelqu'un de malgré tout très détaché quand je joue. Ce qui lui est arrivé et comment il vit avec est quelque chose que nombre d'entre-nous avons connus à notre échelle et même si o­n ne part pas sauver la terre mais juste faire les courses au gare-fouf, nos démons nous hantent.

Karin est d'un soutient tout particulier envers le héros qui n'arrêtera pas de lui foutre des vents mais sans broncher elle restera le sous-fifre finalement nécessaire à Yuri.

Kato est prêt à tout pour retrouver quelque qu’un qui lui est cher quitte à détruire le monde; et si vous faites SH1 vous saurez de qui je veux parler.

Blanco c'est un chien alors il est fidèle point barre mais il est amusant.

Avec lui o­n peut associer Joachim le blaireau du jeu. Un catcheur homosessuel totalement loufoque mais ultra drôle qui n'arrêtera pas de vous faire sourire voire exploser de rire tout au long de votre aventure. C'est le personnage qui équilibre à lui tout seul le côté sombre et le côté drôle du jeu.

Geppetto est en quelques sortes le mentor du jeu. Le vieux blindé d'expérience qui connaît beaucoup de choses dans beaucoup de domaines.

Lucia, la deuxième bonasse du jeu n'apporte pas réellement grand chose à l'aventure mais la pimente par son charme et par ses réflexions.

Le couple forcé Anastasia et Kurendo a un rôle assez prépondérant aussi. La ptite Anastasia est amoureuse de l'adulte Kurendo qui représente en quelques sortes le second héros du jeu. C'est celui sur lequel o­n pourrait compter si o­n perdait Yuri.

Roger Bacon est le personnage clé du jeu, une momie sur patte, immortel mais au coeur encore très chaud. C'est lui le personnage le plus emblématique du jeu. Même s'il n'est pas jouable la Tétralogie Koudelka perdrait de sa saveur sans lui.

Alice, héroïne du 1, elle voue un amour immortel envers Yuri, amour réciproque mais...

Jeanne; c'est la conscience de Yuri; elle disparaît très tôt dans le jeu et c'est dans le coeur sombre de Yuri qu'elle reviendra. Elle sert de symbole surtout mais aura une question vraiment primordiale pour la fin du jeu que vous découvrirez.


Chez les ennemis:

Nicholaï est un pti garçon frustré dont la vie en a fait un ennemi mais il ne rêve que de trouver la paix intérieure.

Raspoutine est le bon politicien véreux qui fera tout pour gagner le pouvoir.

Rene; la grosse brute sous les ordres de Nicholaï et Raspoutine, qui cache un coeur très fidèle et une force hors du commun, que l’on retrouvera tout mignon dans SH3.

Veronica, ma préférée; une méchante sado-masochiste tout en faux cuir vêtu et surtout peu vêtue. Une scène incroyable de torture entre elle et Yuri restera dans les anales.

En fusion
Voilà ce que ça donne

? dans un monde étrangement proche du notre ?

Shadow Hearts c'est aussi une grosse référence culturelle. En effet prenons l'exemple de Raspoutine et d'Anastasia. Il s'agit bien de ceux que vous connaissez. Raspoutine étant censément un sorcier du XXeme siècle, il sera renversé grâce à la fille du Tsar Nicholas II, Anastasia elle-même. Et ce n'est q'un exemple mais tout ce qui s'est passé lors de la grande guerre est relaté en parallèle dans Shadow Hearts et les développeurs du jeu o­nt raconté l'histoire à leur façon en faisant intervenir leurs persos et c'est très fort de leur part.

La clé de Salomon, un livre sur la démonologie qui est censément écrit par le 3eme roi d'Israël lui-même est entièrement numérisée dans Shadow Hearts II et présente la plus importante quête annexe. Salomon lui-même sera dans le jeu.

Roger Bacon est un mathématicien du XIIIème siècle qui a risqué sa vie en se battant contre l'église qui l'aurait traité de sorcier. C'est de lui que vient la phrase assez lourde de sens encore aujourd'hui : « Parce que les choses sont au-dessus de votre intelligence, vous les appelez oeuvre du démon. Les théologiens et les canonistes dans leur ignorance les abhorrent comme des productions de la magie.»

Le livre des morts égyptiens fait aussi son apparition dans le jeu et est présenté comme sa forme antique. Celui qui recopiera ce livre sur un morceau de papyrus se verra libre de la mort et c'est ce qui fait que Roger Bacon serait toujours dans le jeu.

Des exemples comme ceux-là il y en a plein mais j'ai limite la flemme de tous les dire, posez des questions sur le forum si vous êtes intéressés ;) .

Il est alors amusant de lire au début du jeu : "toute ressemblance avec des lieux, ou des personnages existants n'est que fortuite et pas fait exprès" parce-que c'est des conneries. Un petit clin d'oeil amusant à tous ceux qui n'ont pas les couilles de dire ouvertement ce qu'ils veulent ou aux fans de South Park au choix ^^.

L'anneau de jugement
Nicholaï, le psychogay du jeu

? Un style de jeu singulier ?

A côté de toutes ces riches références Shadow Hearts 2 c'est aussi un jeu agréable à jouer. Le style des combats qui existe depuis Shadow Hearts 1 a été revu à la hausse mais o­n garde le principe de l'anneau de jugement où il faut appuyer au bon moment au bon endroit, l'anneau est traficable en plus. C'est plaisant et ça évite de s'endormir.

De plus les techniques sont ultra variées. Pour chaque perso sa technique.

Yuri peut fusionner avec une trentaine de formes différentes qui o­nt au moins 4 coups spéciaux chacun.

Karin a 10 coups spéciaux présentés par chaque acte de Der Ring Des Nibelungen de Wagner.

Geppetto tape avec sa poupée qui fait comme lui et qui a je sais plus exactement mais une dizaine d'habits différents lui donnant des techniques aussi toutes différentes.

Blanco gagnera des coups à chaque combat de chiens et ses techniques évolueront en conséquence.

Joachim gagne des techniques en battant son maître catcheur encore plus gué (quand je dis gaylle c'est pas péjoratif, c'est vrai, c'est une grosse fofolle j'adore). De plus il se transforme selon le temps en chauve-souris, catcheur masqué, Great Question ou encore reste normal; c'est énorme.

Anastasia prend des monstres en photos et peut ensuite s'en resservir; quand o­n voit les palanquées de monstres différents, voyez le nombre de techniques disponibles.

Lucia est une tireuse de cartes; c'est donc avec son taro qu'elle se bat et des cartes il y en a énormément mais le problème c'est que la plupart du temps ça se retourne contre vous, bref c'est limite foireux mais ça rajoute du piment.

Kurendo a la possibilité de fusionner lui aussi mais seulement avec deux êtres du passé donc il dispose de moins de techniques.

Les techniques sont pour certaines ultra impressionnantes, o­n se fait plaisir à les faire et à les voir.

En plus de ça rajoutez environ 70 magies et vous avez le nombres de techniques différentes.

Les persos tapent aussi normalement avec la commande attaque et peuvent faire des combos entre eux s'ils sont proches, ce qui fait du système de combats un gros monstre de richesses.

En parallèle o­n peut parler du monstrueux menu. Il tiens sur 2 pages et je n'ai pas vraiment envie de le décrire entièrement car ce serait surtout chiant pour vous mais sachez qu'il est ultra complet et ultra détaillé. Chaque arme, objet, magie, personnage, fusion, bestiole rencontrée, anneau de jugement, clé de Salomon a le droit à un texte détaillé. C'est énorme et o­n ne retrouve pas ça partout.

Oh encore démon ?!
La fusion de feu

? Ca claque la rétine et les tympans ?

Graphiquement le jeu est beau. Je ne préfère pas trop en dire car o­n me sortira toujours l'argument FF mais pensez messieurs les développeurs à faire aussi bien avec 100fois moins de budget que Square et o­n en reparlera.

Les CG sont aussi d’une grande qualité et certaines vous scotcherons sur place net j'en suis sûr.

On peut noter la présence d'un mode théâtre une fois le jeu fini où o­n peut revoir toutes les cinématiques du jeu et tous les passages parlés ainsi que les 2 fins différentes du jeu.

Musicalement par contre c'est assez moyen. Si quelques thèmes comme celui d'intro déchire ou le thème d'Alice, d'autres sont surtout d'ambiance. Mais si vous êtes fan du genre je vous conseille de vous rabattre sur le Near Death Experience, un arrange des zics de SH 1 et 2 avec quelques thèmes de Mitsuda (Chrono, Xenogears/Saga 1 entre autres). Malgré tout ça colle parfaitement donc l'effet n'est pas dérangeant.

Y'a des monstres de merde quand même
Perfect...c'est pas dur

? Moi j'en dis quoi ?

Shadow Hearts 2 est l’élite de la PS2. Comme partout il y a ce qui fait bien (FFX) et ce qui est reconnu (SH2). Le jeu est dur à trouver et s’arrache aux enchères et ce n’est pas pour rien.

Il est super réfléchi et sans défaut :)

Je n’arriverais pas à être plus objectif que ça.

Mais vu que je suis moi et que moi je suis quand même un gros connard je vais quand même dire du mal.

Le mal que j’ai à dire est par rapport au magasine RPG. Le premier copieur de Gameplay RPG à la qualité discutable mais qui au moins savait (parfois diront certains) de quoi il parlait.

Leur test de Shadow Hearts 2 est une honte vidéoludique. Non pas que je prétende avoir les meilleurs goûts du monde (enfin si quand même mais je ne suis pas le seul), mais ils y o­nt joué plus de 5 minutes les gars là ? Tout ce qu’ils o­nt eu à dire c’est que c’est un jeu à l’humour douteux. Bon déjà y’a pas que ça mais même !! Putain j’aimerais pas passer une soirée avec vous moi ; comment je me ferais royalement chier.

Ah oui aussi le jeu est chiant ? Ah…Je ne connais aucun joueur m’ayant dit ça réellement. Mais oui j’ai pas d’amis aussi ça doit être pour ça, mon humour fait fuir les gens (bon ça c’est un peu vrai quand même).

Il n’a aucune profondeur ? Pas comme le vagin de ta mère ça c’est sûr.

Bon après Xenosaga qui peut se targuer d’être aussi riche sur PS2 ? OHHHHH OUI FINAL FANTASY X C’EST TROP DE LA BALLE…Vendus de merde…n’empêche vous avez perdu très vite un lectorat comme ça. Je continu à dire que les testeurs de JV doivent savoir de quoi ils parlent et jouer au jeu entièrement avant de parler ou au moins 10h00 pour un RPG. Ils doivent en plus connaître les épisodes précédents c’est aussi ça être professionnel. Et en plus ne pas mettre des rolistes papier au boulot parce que c’est des potes qui n’y connaissent strictement que dalle en jeux vidéo et qui en plus sont les premiers à cracher dessus.

Bande de loosers, votre magazine c’est un fanzine en couleur comme un gars qui fait son truc de fils à papa ou qui suce pour avoir des subventions. Ca m’énerve çaaaaa !



FUKK OFF !

Der Ring Des Nibelungen en action
Superbe CG

AU FINAL...

Qualité visuelle

C'est de la très bonne PS2 au vue du budget mais sans ça. Des décors riches en références mais parfois aussi un peu simpliste et des CG magnifiques.

 15

Qualité sonore

Je suis mitigé. De très bons morceaux et d'autres qui passent totalement inaperçus.

 12

Background

EVIL à souhait. Un background qui marche comme une bombe à retardement et qui pète plusieurs fois dans le jeu. Un background de ouf malade !

 18

Interface - Jouabilité

Ultra complet et pourtant facile d'accés. La perfection selon Saint Joseph

 18

Durée de vie - Rejouabilité

La durée de vie est correcte; 35heures sans quêtes annexes et 50heures avec pour moi. Faire le jeu une deuxième fois est sympa car tout est imbriqué :) et finir SH2 donne le sentiment de devoir refaire SH1 une fois qu'on a compris toute l'histoire. Le top du top !

 17

Gameplay - Intérêt

C'est un RPG ultime déjà. Mais en plus de ça il est excellent à jouer. On le prend en main dès le départ comme on prendrait un Super Mario (bon enfin presque).

 18

CONCLUSION

Vous aurez compris que je voue un culte à ce jeu poignant, dont le travail en amont a été énorme et par rapport à leurs manques de moyen exceptionnel. L'humour est très présent et c'est vraiment hilarant par moment, des gens pas drôles diraient que c'est lourd (oui je parle des testeurs du magasine RPG là). Et d'autres fois on a envie de chialer tellement c'est horrible comme situation. Je ne m'estime pas quelqu'un de très sensible mais j'avoue avoir eu ma claque avec SH2. Si je regrette que celui-ci soit moins evil que le 1 j'aime énormément le background, l'histoire, le style, tout quoi.
Mon coup de Coeur PS2; celui dont je me souviendrais encore longtemps.

16.5 / 20

Commentaires

vesperos,

Bonsoir.

Juste une petite précision : ce n'est pas par ce qu'on est un rôliste papier qu'on ignore tout du jeu vidéo. Je combine très bien les deux... et mon bilan sur ce SH, covenant est que ce fut probablement un des meilleurs jeux auxquel j'ai joué. La différence entre les deux univers ( vidéo et papier ) et bien présente, mais avec un peu de discernement, il n'est pas difficile d'apprécier l'un et l'autre à leur juste valeur. Sauf ff XIII qui est la huitième plaie d'Égypte ( et pour y avoir joué, j'adore finir un jeu que je trouve mauvais pour le pourrir après ). Zut, je devais pas le dire ça.

prout,

Salut,

J'ai fait également énormément de JDR papier je conçois très bien que les deux ne sont pas incompatibles. Seulement dans leur article et après avoir suivi les premiers numéros, j'ai très bien pû sentir qu'il s'agit là de joueurs à la base plateau et qu'ils ont du mal avec les J-RPG. Tu sais, le typique : "c'est pas un vrai RPG".

Après FFXIII, c'est une autre histoire ^^

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous connecter afin d'intervenir avec votre personnage.