-- Test de Digital Devil Saga sur Playstation 2 --

Atlus a su nous proposer de nombreux jeux différents de ce qui se fait contemporainement. La série des Shin Megami Tensei est la série phare qui a affirmée ceci. Un peu après Nocturne(SMT3) renommé Lucifer's Call en Pal, nom que je trouve absolument inadéquat au jeu et totalement ridicule soit dit en passant, Atlus s'est chargé de Digital Devil Saga, un hors-série de la Megaten, un diminutif courant des shin megami tensei.

La presse vidéoludique nous a affirmé que celui-là ne déroge pas à la règle, nous allons voir ça ^^.

Fiche technique

Pas de screeshot-titre
disponible
Développeur Atlus
Langue Anglais
Difficulté Difficile
Genre RPG

Un scénario à retardement

Digital Devil Saga nous plonge dans un monde apocalyptique où des hordes d'humains s'entretuent pour d'obscures raisons dictées par des lois. Vous prenez en main le chef de l'une des teams qui s'affrontent pour atteindre le Nirvana; le paradis selon le monde bouddhique.

A force d'affrontements le Nirvana se rapprochera, pas sans pertes mais c'est ici que la véritable saga commence...

Voilà en gros ce qui se passe dans Digital Devil Saga I c'est-à-dire pas grand chose. Le scénario est bon mais il ne prend vraiment pas la première place du soft. Chaque passage scénaristique reste malgré tout un véritable bonheur. C’est dans le deuxième opus que le joueur pourra prendrez son pied et comprendre en quelque sorte le scénario du premier.

Ca se passe comme ça chez mac morphal

Belzebuth...version Megaten !

son et lumière

Les graphismes sont originaux; c'est le moins qu'on puisse dire.

Les différents donjons restent malgré tout assez vide tout comme les décors en extérieur. Les pièces se répètent sans cesse quand on parcourt un donjon, ce qui peut facilement agacer à force tellement les donjons sont longs.

Les couleurs quant à elle sont très fades mais elles s'inscrivent justement bien dans l'ambiance assez sombre du jeu.

Les personnages comme les décors en 3D sont bien digitélisés.

Par contre le design peut très mal passer; autant le signaler direct. Si les héros sont corrects leurs transformations en monstre, récurrence de la série, sont elles vraiment "spéciales". Tellement spéciales que j'en connais qui ont lâché le jeu à cause de ça.

Les ennemis comme les transformations sont avant tout issus de la mythologie hindouiste avec un style assez décevant il faut l'admettre mais qu'on retrouve dans tous les Shin Megami Tensei.

A noter que la présence d'Argilla, la bonasse du jeu, est encore une fois des plus agréable, merci Atlus.

Les musiques sont moyennes et l'intro est carrément nase. Toujours est-il que la bo du jeu s'inscrit parfaitement dans l'ambiance du jeu; un espèce de rock lourd et lent. Le seul problème c'est qu'à part les musiques de combats qu'on entend tout le temps on en retient pas grand chose.

Certaines sont téléchargeables sur site http://www.atlus.com/dds si vous voulez vous faire une idée.

il a pas l'air bien

notre héros s'entraine pour le marathon de Bouddha

Psychologie des personnages

Un point dérengeant reste le fait que le perso principal ne parle pas du tout. Ben oui vu que c'est VOUS. Ce qui est censé aider à l'immersion dans le jeu rend encore une fois bien mal à l'instar de Chrono Cross; on aurait préféré une bonne psychologie bien poussée quite à moins se sentir le héros du jeu. Un peu à la Baten Kaitos j'en envie de dire; où le héros réfléchis seul en prenant votre avis d'esprit en compte.

La psychologie est en effet l'un des fils conducteurs du scénario. La meilleur scène du jeu, c'est-à-dire l'intro, pose les règles. Les différentes équipes s’entretuent tranquillement quand un objet non identifié apparaît. De cet objet sort alors un rayon lumineux qui donnera la possibilité à tous les personnages de se transformer en démon avec des pouvoirs monumentaux avec en contre partie une soif de sang et de chair inégalée. S’en suit alors avec plaisir, les pétages de câble des persos ennemis comme amis entre ceux qui rejettent ce pouvoir et cette envie de tuer et ceux qui s’en délectent. Un vrai délice je vous dis.

MORTAL KOMBAT

Les combats ne sont pas si originaux même si le système a son petit truc en plus. Ca reste du tour par tour classique disposant de 3 possibilités d'actions à répartir pour nos 3 persos avec lesquels on peut passer et garder un demi tour pour l'autre perso(vous suivez?), avec attaque, magie, objets etc...Ainsi une attaque vaut 1 point, une garde 1/2 et vous avez trois points à utiliser pour votre tour. Donc soit chacun attaque soit vous réfléchissez à laisser la main au personnage le plus efficace pour tel ou tel ennemi. A bien noter que ceci rend un côté tactique au jeu qu'il est carrément impossible de négliger.


Un sytème de faiblesse a été intégré aux combats et c'est là la véritable innovation. Ce système est absolument à prendre en compte étant donné que vous pourriez attaqué pendant une dizaine de tour de suite, car attaquer la faiblesse d'un ennemi donne un point. Bref un système de combat complet et prenant à découvrir je pense par soi-même.


C'est aussi le gros défaut du jeu. Si vous n'avez pas de chance l'ennemi va directement s'attaquer à vos faiblesses lui faisant gagner un tour, il va alors attaquer plus de tours que prévu et vous allez mourir. Dès le début du combat comme ça cache, après 3h00 de jeu sans avoir sauvegardé, et sans avoir rien pu faire. Vous ne pourrez éviter ceci que vers la fin du jeu en ayant appris les bonnes magies de défense et en les utilisant correctement ce qui n'arrive pas non plus instinctivement.





Le système d'exp est particulier aussi. Entre le Sphérier de FFX pour les magies/attaques spéciales et KoudelKa pour la répartition des points d'exp. En effet un niveau gagné nous laisse le choix de où on va les fouttre mais seulement pour le héros; vu que c'est vous. Les autres se répartissent au pif (et souvent mieux d'ailleurs).

Arguilla vu de loin

la même en monstre...à vous de choisir chacun ses goûts.

Bon alors?

L'autre défaut du jeu reste aussi les donjons. Après pratiquement 40h00 de jeu je garde en mémoire très peu de scénar et que du donjon. Dans ce SMT on est loin de faire un donjon comme ça à l'arrache. On peut pas allumer sa console en se disant qu'on a que 4h00 devant soi et qu'on va juste se faire un pti donjon. non un pti donjon peut durer 10h00 à lui tout seul, en faisant tout le tour bien sûr. Bien entendu bcp plus si vous mourez; et personne ne me fera croire que sur ce soft ça ne leur est pas arrivé.

Donc la durée de vie du soft est purement hallucinante mais de façon artificielle.

Autant dire qu'il faut s'accrocher à Digital Devil Saga car il s'agit d'une rude épreuve si vous vouliez le finir juste avant de commencer magna carta les deux sorties s'étant suivies.



La fin de DDS est des plus frustrantes;à l'instar d'un Shining Force III, ça donne en gros "c'est fini achetez le 2". Il s'agit là d'un jeu pas complet, dont on en a fait 2 morceaux pour une histoire de rentabiliser, ce qui pourtant n'est pas le genre d'Atlus. Soit il fallait le sortir plus vite soit il fallait en faire 2 pour amasser plus de pognons en tous cas vu comment ça reste relativement "vide" c'est peu dégueu.

Après quand on voit le deux on comprend mieux la cassure entre les 2 épisodes, mais pour celà je vous laisse vous référer à mon test de l'excellente suite Digital Devil Saga 2 : Avatar Tüner.

voilà le genre d'ennemi à abattre

effrayant hein?!



AU FINAL...

Qualité visuelle

Je suis partagé. Les graphismes m'attirent mais pas dans le même sens qu'un jeu beau. Le design est dérangeant mais c'est justement ce qui est agréable. Les personnages ont de la gueule et sont tous différents et ça c'est vraiment bien.

 13

Qualité sonore

Médiocre. C'est ni nul ni bien. A vous de voir

 10

Background

C'est trop oppressant comme jeu. On sent la galère à tous nos pas. Dès qu'un combat commence on ne sait même pas si on va y survivre et ça c'est bon! On a l'impression de se trouver dans un survival horror. Le scénario semble succinct au premier abord mais il est en fait totalement suggérer. Mais on ne peut le comprendre qu'en ayant fait l'épisode 2.

 15

Interface - Jouabilité

Tout est très complet. Par contre c'est tout sauf intuitif. Faudra chercher la petite bête pour maximiser ses chances en combat et contre les boss. Une fois le système maitrisé ça reste un vrai plaisir de varier ses techniques pour trouver les plus efficaces et enchainer sur les faiblesses des ennemis.

 12

Durée de vie - Rejouabilité

J'ai mis environ 15/20 heures à faire le jeu dans ses grandes lignes. Ce qui est court. Je n'ai fait aucun level-up. Par contre je suis mort des milliards de fois. Donc à mon avis le jeu est très long sans qu'on s'en rende compte. Faire du level-up pour avoir des techniques utiles peut être très bien venu. Les quêtes annexes se limitent surtout à des objets déblocables par-ci par là mais si vous voulez les avoir tous, ceci signifie que vous devez vous retaper tous les donjons, soit des heures et des heures en rab. Par contre vu l'investissement que demande le jeu je suis pas sûr qu'on le refasse bien souvent. Moi même je suis pas persuadé que je le referais un jour.

 14

Gameplay - Intérêt

L'intérêt de DDS 1 est surtout de le faire pour apprécier le 2, qui je le répette est bien plus intéressant. Ensuite il s'agit là d'un Atlus et d'un Shin Megami Tensei, donc d'un jeu décalé. Ceux qui lisent mes tests vont croire que je trouve tout décalé; mais c'est juste que je teste en particulier les jeux qui m'ont marqués par leurs différences justement. Bref à essayer, carrément !

 13

CONCLUSION

En résumé, un rpg moyen, qui a su se démarquer grâce à son ambiance evil agréable et à son histoire décalée mais auquel il manque du peps dans sa narration. Parfois carrément agaçant quand on perd sans avoir touché la manette et qu'on doit soigner au max ses persos entre chaque combat ou presque. Bonne expérience vidéoludique néanmoins à laquelle je préfèrerais malgré tout les Persona.

12.5/20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire pour créer votre personnage.