-- Test de Fire Emblem: Path of Radiance sur GameCube --

Un vrai tactical RPG sur Game Cube, enfin !

Fiche technique

Screenshot-titre du test de Fire Emblem: Path of Radiance
Développeur Intelligent System
Langue Français
Difficulté Moyenne
Genre T-RPG

Résumé de l'histoire

Vous incarnez principalement Ike, jeune fils de Greil, le chef d'une troupe de mercenaire à son nom.
L'histoire commence lorsque Greil décide de tester une dernière fois son fils avant de lui permettre de se battre dans la troupe. Après un prologue permettant de prendre le jeu en main, vous voici donc parti pour votre première mission, délivrer un village d'une troupe de bandits, moyennant paiement, bien entendu.
On suit donc la troupe des mercenaires de Greil durant quelques missions avant de rentrer dans le vif du sujet:
Le royaume de Crimea, patrie des mercenaires de Greil, est envahi par son voisin Daein. Le coup est dur, d'autant que les Criméans n'ont rien vu venir, et la capitale Melior est rapidement touchée par le conflit.
Un des mercenaires, Soren le mage, revient prévenir Greil, qui décide d'envoyer son fils se renseigner sur l'issue de la bataille, afin de savoir comment réagir. Et c'est durant cette mission de reconnaissance que les mercenaires trouveront la princesse Elincia, fille cachée du roi.
Ils décideront par la suite de la protéger de Daien, et de l'aider à trouver des alliés pour sauver Crimea qui est en mauvaise posture. Moyennant finances. Peut-être plus à titre honorifique qu'autre chose.
Et c'est ainsi que débute le voyage qui aménera Ike à la tête de l'armée de libération de Crimea...

Une histoire qui suit gentiment son cours, avec quelques retournements, et un long discours sur les relations Beorc-Laguz (humains et homme-bêtes). L'histoire reste simple dans l'ensemble, mais ne décoit pas non plus.

L'aspect graphique

Allons-y franchement, c'est beau.
Si les cinématiques (3 ou 4 dans le jeu, aux événements importants) ne sont pas spécialement belles (j'aime pas la 3D et les personnages qui o­nt une peau unie), les animations de combat sont très bien fichues, et les décors suivent.

Path of Radiance contient plusieurs styles graphiques. D'abord les unités sur la carte, que l'on déplace. Elles sont en 3D et vu d'assez loin pour que les polygones n'apparraissent pas. De plus, elles sont très bien animées et plutôt vivantes. Rien à redire sur ce point là.
Ensuite à chaque fois que l'on attaque, se déclenche une sorte de mini-cinématique de combat. O­n focalise sur les deux unités (ce n'est pas un zoom), et o­n les voie se battre. Là encore l'animation des personnages est magistralement bien exécutée, les coups critiques ou enchainements de deux ou trois coups donnant lieu à des chorégraphies spéciales et belles à regarder. C'est du très bon boulot. Cela dit, vous aurez surement tendance à virer ces cinématiques très vite car elles ralentissent considérablement le jeu: une option permet de les remplacer par des mouvements directement sur la carte.
Pour finir, tout cela est accompagné de nombreux artworks, dans l'écran de statut, au changement de niveau des personnages, ou durant le résumé de l'histoire qui intervient de plus en plus souvent au fur et à mesure que celle-ci se complique. Que du beau là encore.

En résumé, le niveau graphique de Path of Radiance est très bon. De la belle 3D, de beaux artworks, o­n aimerai que plus de jeux atteignent ce niveau.

L'aspect sonore

Là, c'est tout de suite plus mitigé. Si les musiques ne vous écorcheront pas les oreilles, c'est parce que vous ne les écouterez pas. Bien souvent trop absorbé. Mais aussi parce qu'elles ne sont pas génialissimes.
De plus elles ne sont pas très variées, et certaines finissent par lasser.
Personnellement, il m'est arrivé de penser "Vite finir cette mission je supporte plus cette musique!" et hurler de rage en la retrouvant à la mission suivante.
J'exagère tout de même. Les musiques n'ont apparemment pas été la principale préocupation des dévellopeurs et elles restent toujours assez discrêtes pour ne pas vous énerver.

N'empêche que la seule musique que vous retiendrez sera surement les trois notes jouées lorsqu'un personnage monte en niveau.

Quant aux effets sonores, rien à redire, ils ne m'ont pas paru horribles. Faut dire que je n'y fait pas spécialement attention.

Le systême

Après les fioritures, le coeur du jeu.
Comme vous le savez surement, les Fire Emblem sont des Tactical-RPG, comme par exemple les Shining Force. Vous dirigez donc un groupe de héros de différents types pour accomplir différents objectifs (le plus souvent décimer vos adversaires ou atteindre un certain point de la carte [ce qui se fera en décimant vos adversaire ;)].
Cela se fait en tour par tour avec chaque unité jouant une fois par tour.

Les combats sont régis par un nombre très important de paramètres:
-le triangle des armes (ou des éléments dans le cas de la magie). L'épée est forte contre la hache qui est forte contre la lance qui est forte contre l'épée. Même si je n'ai jamais compris pourquoi ça allait dans ce sens, il vaut mieux s'en souvenir, avoir la bonne arme procure un léger avantage, parfois vital.
-les faiblesses. Les unités volantes craignent le vent et les flêches, les unités montés ou en armure craignent certains types d'armes concues dans ce but, etc etc... Respecter ces faiblesses peut doubler les dégats. Ainsi n'envoyer pas votre chevalier pégase au milieu des archers.
-le terrain. Certains types de terrain, en plus d'entraver les mouvements, procurent des bonus en esquive et défense. Mais j'en ai vu si peu....
-les techniques. Chaque personnage peut apprendre des techniques à l'aide de parchemin trouvé dans le jeu. Ou commencer de base avec une apprise. Celles-ci procurent des avantages en combat, comme permettre aléatoirement d'attaquer deux fois, ou doubler ses chances de coups critiques lorsque l'on a la moitié de ses PV. Les boss ennemis o­nt souvent des techniques auquelles il faut penser avant d'attaquer.
-le biorythme. Ca par contre. Disons que chaque unité a un point qui se balade sur une sinusoïdale. En haut, l'unité est plus puissante, en bas, le contraire. Mais les effets ne sont pas très probants, et seul le temps peut intervenir dessus. Donc o­n laisse rapidement tomber.

Chaque fois que vous attaquez un ennemi, une fenêtre vous indique les dégats exacts que vous allez lui faire (pratique), ainsi que les chances de toucher (en %) et les chances de critique (de même). Les mêmes informations apparaissent pour la contre-attaque de l'ennemi, vous permettant de savoir avant d'attaquer s'il ne risque pas de vous tuer en retour. Cela permet de monter des stratégies cohérentes, pour par exemple faire achever par les unités qui o­nt besoin d'expérience.

Parmi les autres possibilités offertes par le jeu, o­n trouve celles de forger des armes personnalisées (en fait à partir d'une arme de base, vous choisissez quelles caractéristiques booster) ou encore de distribuer entre les combats de l'expérience aux unités.
On trouve aussi les Laguz qui n'utilisent pas d'armes mais qui se transforment en bêtes les rendant la moitié du temps de très puissantes unités (et le reste des civils sans défense).

Et je n'ai pas encore tout dit, mais comme vous le remarquez il serait long et fastidieux de vous expliquer le systéme de jeu dans tout ses détails. Retenez que Fire Emblem: Path of Radiance mets l'accent sur les possibilités du joueur, afin qu'il puisse forger une armée à son goût, privilégier telle ou telle unité (vous en avez beaucoup plus que nécessaire) ce qui accentue la rejouabilité, puisque si vous le recommencez, vous pourrez tenter autre chose.

Un point noir à noter cependant, concernant cette rejouabilité: les unités peuvent évoluer à un certain niveau en changeant de classe, mais chaque unité n'a qu'une classe supérieure possible, le choix se limitant à celui d'une arme secondaire, et encore pas toujours. Pour ce genre de jeux, on est habitué à pouvoir choisir entre plusieurs classes (pour ceux qui ont joué à Der Langrisser...)

Ah oui, encore une dernière chose: vous n'avez pas le droit à l'erreur. Si une de vos unités vient à être battue, elle ne pourra pas vous resservir, et dans la majorité des cas elle meurt même carrément, amputant du même coup l'histoire. Ainsi vous vous reprendrez souvent à faire RESET car vous avez perdu une unité, ou même parce qu'un voleur c'est barré avec un objet important. La plupart des missions prennent 3 ou 4 essais. Et votre bouton RESET en souffrira beaucoup (jusqu'à ce que vous appreniez que Start+B+X fais le même effet, pensez-y ;) ).

Alors, au final?

Au final, c'est un très bon jeu.
De grandes possibilités tactiques faisant appel à toute la stratégie du joueur, un grand nombre de personnages avec leurs histoires propres (que vous connaitrez surtout si vous vous servez d'eux!), une bonne rejouabilité grace à 3 niveaux de difficulté (laissez cependant tomber le niveau Facile), quelques bonus débloqués à la fin du jeu (en effet lorsque vous rejouez, le dévellopement des personnages se complique avec diverses options et des bracelets affectant les bonus des montées en niveau), et le fait qu'il est impossible de connaitre toute l'histoire du premier coup.
On y joue avec entrain, sans se lasser, en pouponnant nos héros préférés pour les voir arriver au top 5 du nombre de victimes à la fin.
Le tout servi avec une réalisation graphique qui ne gache rien et un fond musical qui ne géne pas (même s'il n'est pas non plus dément).

Et puis Fire Emblem Path of Radiance, c'est aussi le seul tactical RPG sur Game Cube. Il manquait cruellement. Le voilà enfin, et en plus il est de qualité, alors sautez dessus ;)



AU FINAL...

Qualité visuelle

Du très haut niveau. Ca coule tout seul, c'est de la Game Cube.

 18

Qualité sonore

Fade, et parfois répétitive, elle a tendance heureusement à savoir se faire discréte pour au final ne plus représenter un obstacle au jeu. Elle mérite 13, mais je lui enlève un point à cause des voix anglaises, moches à en crever.

 12

Background

C'est du bon. L'histoire principale est bien menée, y'a quelques révélations, même si la plupart sont prévisibles. Le point fort reste que toutes vos unités révélent un peu de leur personne à l'occasion de conversation avec d'autre, dévoillant un background pour chacune de celles que vous utiliserez (ces conversations entre unités se débloquent si vous faites jouez ces unités ensemble).

 16

Interface - Jouabilité

Intuitif. Prise en main immédiate. Chaque bouton vous permettant d'avoir l'information voulue au moment voulu. La manette est parfaitement maitrisée. Là encore, qualité Game Cube.

 19

Durée de vie - Rejouabilité

Durée de vie enregistré sur ma partie: 30h de jeu. Chaque cartes ayant été recommencée maintes et maintes fois, ce serait plutôt 120h :) Quant à la rejouabilité: très bonne. Parce que vous voudrez refaire une armée différentes. Parce que vous voudrez tenter le mode Difficile. Parce que vous voudrez connaitre les petits secret de tout les persos. Parce que vous voudrez jouer aux cartes bonus. Etc etc...

 15

Gameplay - Intérêt

On s'amuse beaucoup, on réfléchit tout le temps. Il vous faudra savoir utiliser la bonne unité, retirer les blessés pour les soigner, tout ça tout ça. L'intérêt vient de ce coté stratégique qui consiste à donner toutes les donnés du problêmes ou presque au joueur, et à voir comment il s'en sort. Et en plus les personnages sont attachant!

 17

CONCLUSION

Un jeu intérressant sans être laid ce qu'on allait finir par croire impossible. Et un excellent tactical-RPG, même comparé à l'ancienne génération ce que tout les jeux actuels ne peuvent pas revendiquer. Un must-have(-been-played) pour les possesseurs de Game Cube.

16/20

Commentaires

prout,

GRAVE !

URB,

Nigel a craqué, il a corrigé mes fautes d'orthographes et rajouté des screenshots sur mon test :p.

Nigel,

Je n'y ai pas découvert beaucoup de fautes ceci dit. Par contre, en effet, j'ai rajouté les screens et en ai profité pour compléter un tas d'infos sur ce Fire Emblem, au passage, comme des wallps, sa fiche, etc. :p

- Message édité par Nigel le 12/06/2011 à 17:06 -
RAbahamut,

Imo, le meilleur Fire Emblem de toute la saga. Aussi bien en terme de gameplay qu'en terme de scenario, quel dommage que Radiant Dawn et un peu foiré se dernier point.

Quel dommage qu'on est pas accés a la difficulté Mania pour les versions non japonaise

Par contre allez pas jouer a Awakening d'abord pour ensuite joué a PoR, la transition de rapidité va faire chier. :p

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire pour créer votre personnage.