Test de Tales of Phantasia sur Playstation

Sorti en 1994 sur SNES, Tales of phantasia a subit un fantastique remastering et est ressorti sur playstation en 1998. Malheureusement, il a été éclipsé par d'autres jeux comme Final Fantasy 7 sorti en 1997. Je vous propose donc d'en découvrir plus sur ce très bon RPG.

Fiche technique

Pas de screeshot-titre
disponible
Développeur Wolf Team/Namco Tales Studio
Langue Japonais
Difficulté Moyenne
Genre RPG

L'histoire

Dès le début du jeu vous voyez quatre combattants se battre contre un terrible boss et le sceller dans un sarcophage à l'aide de deux pendentifs. Des années passèrent, et vous vous trouvez à présent dans la peau de Cless Alvein, jeune adolescent de 15 ans plutôt beau gosse et faisant preuve d'un certain talent dans le maniement de l'épée. Alors que Cless et son meilleur ami Chester Barklight étaient en train de chasser l'esprit léger, la cloche d'alerte de leur village se met à retentir, et c'est avec horreur que les 2 adolescents retrouvent leur village détruit, et les habitants tous tués. Après avoir trouvé le corps déjà froid de son père devant la maison familiale, Cless vit sa mère sortir en rampant et se précipita vers elle. Celle ci lui révéle alors que quelqu'un en a après le pendentif qui lui a été offert pour son anniversaire et qu'il doit le protéger à tout prix. Elle lui dit également d'aller trouver son oncle à Euclid avant de s'endormir du sommeil éternel de la mort. Après un ultime adieu à ce qui restait de son village, et voulant protéger Chester, Cless décida de partir seul vers Euclid, et c'est ainsi que commence une grande aventure qui va mêler voyage dans le temps et magie...

L'écran titre...
La bataille héroique entre les 4 combattants et le vilain Dhaos

Des combats interressants

Le système de combat de Tales of Phantasia est complètement différent de tout autre RPG classique. Ce système particulier, créé par Namco est appelé linear motion battle système (LMBS pour les intimes).
En fait, les personnages sont représsentés de profil, et c'est à vous d'aller frapper les ennemis en utilisants les boutons directionnels et le bouton d'attaque/coup spécial tandis qu'un script se charge de gérer vos amis derrière vous. En bref la représentation est proche de celle d'un jeu de combat.

Le joueur est également libre d'interrompre le combat à chaque instant afin de donner des instructions aux personnages contrôlés par l'ordinateur(comme lancer un sort, une invocation ou encore utiliser une technique), ou afin d'utiliser un item. Il est également possible de fuir en se collant à l'une des extrémités de l'écran et en attendant qu'une jauge monte au maximum.
La grande nouveauté concernant la version playstation c'est quon a un cless à la maniabilité améliorée! En effet, Fans de la version SNES, souvenez vous de cette hsitoire de distance par rapport à laquelle le coup était soit aérien, soit direct. Et bien ce système de distance a été supprimé et il suffit d'appuyer sur haut+coup pour donner un coup en l'air. De même un bouton permet à notre chevalier de se protéger des coups des vilains méchants.

Un combat de gagné ça fait toujours plaisir...
Imaginez qu'il y avait une petite voix qui criait "Majinken!"

Principe des combats

Dans Tales of Phantasia, vous aviez le choix entre 5 personnages (6 pour la version playstation) dont 4 actifs lors des combats. Le rôle de ces personnages est non pas de faire tout le boulot à votre place, mais de vous assister. En effet vous remarquerez que la plupart sont des personnages qui attaquent à distance, et que Cless est vraiment le seul personnage à être efficace au corps à corps (coincez Mint la pretresse ou Chester l'archer entre Cless et un ennemi et vous comprendrez). Il est également possible de désactiver l'intelligence artificielle et de lancer les ordres à la main (ce que je ne recommande pas trop), ou bien de désactiver certains sorts chez les autres personnages.

Un artwork de Suzu, le personnage supplémentaire de la version PSX.
Mint et Arche, les deux héroines de tales of Phantasia

Une bande son superbe

Un autre point fort de Tales of phantasia concerne les musiques. Non seulement l'opening "yume wa owaranai" (les rêves ne meurent jamais) chanté par Yukari Yoshida colle parfaitement au jeu, mais les musiques d'ambiance sont excellentes et reflètent très bien l'émotion ressentie par les personnages durant le jeu. En effet, tantôt tristes ou joyeuses, tantôt calmes ou agités, les différents morceaux parviennent à communiquer un certain feeling au joueur.
Il ne faut pas oublier non plus les petites voix digitales des seiyuus (doubleurs) japonnais particulièrement doués pour faire transiter une émotion ou un sentiment. Ces petites voix présentes lors de certaines scènes permettent de donner une atmosphère particulière qui manque à certains jeux sortis bien après.

Ici, Dhaos en train de se faire sceller pousse un cri : "YAMEROOOoooo!!!" (Arrêtez!!)
Là, Amy dit d'une voix toute mignonne "Kyotsukete ne, onichan"(Prend soin de toi grand frère)

Des graphismes légèrement améliorés

Les graphismes de Tales of phantasia sont parmis les meilleurs de la SNES et la version remasterisée donne quelque chose de largement acceptable. En effet, la carte du monde a été complètement remodelée en 3D, et les sprites des pesonnages ont été totalement refaits. De même les diverses villes et dongeons ont subit de légères retouches. Quant au menu, il a été totalement remis à neuf et les personnages apparaissent en entier dans l'écran des status.
Rappelons également que l'on doit le character design des personnages à Fujishima Kosuke également auteur de "Ah my goddess" et "You're under arrest".

La carte du monde refaite en 3D...ça me rappelle Star ocean 2 ça tiens...
L' écran du statut de Mint...

Les principales différences avec la version SNES

La version playstation de Tales of phantasia offre de nombreuses petites différences avec son grand frère sur SNES. En effet, les graphismes ont étés refaits avec l'ajout d'effets de lumière des plus réussis, les animations de combats sont plus fluides, les musiques ont été remasterisées, et on a droit à l'ajout de petites scènes en plus qui mettent l'acent sur les relations entre les divers personnages. En outre, il faut noter l'introductions de petites scènes animées qui sont étonnement bien faites bien que peu nombreuses, ainsi que l'ajout de Suzu comme PJ alors qu'elle ne possède qu'un rôle mineur dans la version SNES. De même, à la manière de Star ocean, il est possible d'avoir une conversation sur l'écran de la carte du monde en appuyant sur select, ce qui rajoute une touche d'originalité au jeu. Un ajout de poid consiste en la diminution du taux de combats aléatoire. Souvenez vous les combats tous les 5 pas dans les dongeons, souvenenz vous l'utilisation intensive des holy bottles...sigh ce qu'elles m'ont coûté cher...et bien le taux de rencontre aléatoire est devenu acceptable (voire même plus).

Cless, grand, blond...le stéréotype du héro que les japonaises aiment...
Je ne vous racconterais pas de quoi ils sont en train de parler, mais il suffit de regarder le visage de Mint et celui de Cless pour comprendre...

AU FINAL...

Qualité visuelle

Une qualité visuelle qui reste très bonne malgré l'apparition de jeux entièrement en 3D qui ont eu plus de succès, et un character design de maître.

 16

Qualité sonore

Des musiques envoutantes et jamais lassantes qui parviennent à faire transiter l'émotion du moment.

 17

Background

Une très bonne histoire tirée d'un roman japonnais. La psychologie des personnages et leurs relations sont particulièrement bien représentées

 18

Interface - Jouabilité

Une interface un peu difficile à prendre en main au début pour ceux qui ne comprennent pas la langue, mais qui reste assez classique. L'interface de combat par contre est très simple à comprendre en raison de sa ressemblance avec celle d'un jeu de combat.

 15

Durée de vie - Rejouabilité

Un très bon jeu avec une durée de vie honorable (merci les mini challenges), et une histoire si bien faite qu'on le recommencerait volontier.

 17

Gameplay - Intérêt

Un jeu qui n'est jamais lassant, et l'introduction d'un item qui permet de déclencher les coups spéciaux par une combinaison de touches (comme un jeu de combat) rajoute du piment au jeu.

 18

CONCLUSION

Un très bon jeu, à finir au moins une fois pour se donner un avis.

17 / 20

Laisser un commentaire

Informations ! Vous êtes en mode visiteur ! Si vous le souhaitez, vous pouvez vous connecter afin d'intervenir avec votre personnage.